La durée du confinement est inconnue, mais les influenceurs s’ennuient déjà

Myriam Roche

CONFINEMENT - Confinés mais hyperactifs, de nombreux influenceurs profitent de l’obligation de rester à domicile à cause du coronavirus pour s’adresser à un gigantesque public de jeunes enfermés chez eux, partageant leur quotidien encore plus qu’en temps normal. 

Rester présent sur les réseaux sociaux malgré l’épidémie est “une opportunité pour les influenceurs. Ils ont davantage de temps de réfléchir à des contenus plus créatifs vu que les partenariats ont cessé pour la plupart”, confie au HuffPost Florence Dupont, la directrice générale adjointe de l’agence Influence4You. “Ils prennent également le temps de répondre à leur communauté et d’être plus proches d’eux en réalisant notamment des live Instagram”.

Certains en effet racontent leur quotidien en confinement dans les moindres détails. Ceux atteints du coronavirus ne s’en cachent pas. “Je suis heureuse que la fièvre soit passée, mais je ressens aujourd’hui plus de douleur que jamais”, a témoigné l’influenceuse Arielle Charnas mardi 17 mars sur Instagram.

La New-Yorkaise a tout partagé sur Instagram, de ses premiers symptômes et douleurs jusqu’au test, positif au virus, avec le soutien et les conseils de ses 1,3 million d’abonnés. “J’ai l’impression qu’on vit tous un mauvais rêve, mais je suis décidée à ramener un peu de normalité dans nos vies”, a-t-elle déclaré, annonçant qu’elle ne parlerait plus de sa maladie. 

Après que son mari a été contaminé, l’Allemande Carolin Lauffenburger a répondu sur Instagram à de nombreuses questions sur la maladie. La blogueuse mode a appelé ses 100.000 abonnés à “ne pas être la génération qui préfère une liberté temporaire au bien-être de tous!”. 

De nombreux autres influenceurs, bloqués chez eux, se sont mis au direct ces derniers jours pour rester au contact de leur public, partageant leur quotidien et des “tutoriels de confinement”, comme vous pouvez le voir dans la...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post