Dysarthrie : ce qu'il faut savoir sur ce trouble de l'articulation de l'adulte

Dysarthrie : de quoi parle-t-on exactement ?

Première chose à savoir : bien que le mot "dysarthrie" fasse penser à "dyslexie" (ou à "dysorthographie"), la dysarthrie n'est pas un trouble "dys-" : elle n'appartient pas à la grande famille des Troubles Spécifiques du Langage et de l'Apprentissage (TSLA).

"La dyslexie et la dysorthographie sont des troubles développementaux, ce qui signifie qu'ils apparaissent pendant le développement de l'enfant, explique Gaëlle Pingault, orthophoniste. La dysarthrie, quant à elle, est un trouble acquis : on n'observe d'ailleurs que très peu de cas de dysarthrie chez des enfants, il s'agit plutôt d'un trouble de l'adulte. "

La dysarthrie, kézako ? La dysarthrie se définit comme " un trouble de la réalisation motrice de la parole, secondaire à des lésions du système nerveux central et/ou périphérique ". En clair, il s'agit d'un trouble de l'articulation : " la personne atteinte a du mal à articuler les mots qu'elle prononce, et son élocution semble " floue ", " précise la spécialiste.

Quelles sont les causes de la dysarthrie ?

On l'a dit : la dysarthrie concerne plutôt les adultes. Ce trouble de l'articulation (qui correspond à une lésion du système nerveux central ou périphérique) survient généralement à la suite d'un accident ou d'une pathologie, par exemple :

Maladie de Parkinson : on parle de dysarthrie parkinsonienne, et la dysarthrie est alors consécutive d'une atteinte du système moteur extrapyramidal, Maladie de Huntington : le trouble de l'articulation est aussi lié à une atteinte du système extrapyramidal,Accident vasculaire cérébral (AVC) : ce sont les neurones moteurs centraux qui sont touchés, Alcoolisme chronique : les lésions nerveuses se trouvent au niveau du système cérébelleux (cervelet), Sclérose en plaques : on parle de dysarthrie mixte puisque les lésions nerveuses sont multiples.

À savoir : " un accident suivi d'un traumatisme crânien (une chute, par exemple, ou un accident de la route) peut entraîner une dysarthrie

(...) Cliquez ici pour voir la suite