Les déconvenues des achats en ligne résumées en une histoire

Valentin Etancelin
Les déconvenues des achats en ligne résumées en une histoire

MODE - Avoir l’impression d’être le dindon de la farce. C’est ce qui arrive souvent quand on décide d’acheter des vêtements en ligne sans avoir pris la peine de les essayer. Une jeune femme originaire de Leeds, au Royaume-Uni, en a récemment fait les frais.

Ce mardi 3 mars, Lauren Thompson a partagé une photo d’elle sur Twitter, son achat (une robe rose en latex de la marque PrettyLittleThing) sur le dos. Il n’y a pas à dire, le plastique brille autant que sur le modèle porté par la mannequin.

Le souci, c’est que le sien ne lui sied pas du tout de la même manière. Il est nettement moins près du corps. “J’imagine que je vais devoir commander une nouvelle robe pour samedi soir”, écrit non sans sarcasme la cliente. 

Certains internautes n’y croient pas une seconde. Ils pensent qu’elle ment, qu’elle n’a même pas pris le temps de remonter la fermeture éclair. 

“C’est fermé. Ne vous laissez pas berner. C’est l’une de mes robes favorites.”

D’autres, qui ont acheté la même pièce, lui conseillent de prendre une taille plus petite avant de se plaindre.

“Prends juste une taille en dessous et referme-la.”

Sauf qu’en fait, la jeune femme est loin, vraiment loin, d’être la seule dans ce cas. 

“La robe a encore frappé.”

“Non, je suis en larmes.”

“MDR. Pareil.”

Même s’il semble que ce soit...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post