• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Edouard Philippe, cible de moqueries concernant sa barbe blanche : "On peut vous comparer à un chien"

·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La barbe partiellement dépigmentée d'Édouard Philippe suscite de nombreux commentaires à chacune de ses apparitions publiques. Une situation frustrante pour l'ancien Premier ministre, qui a retrouvé ses fonctions de maire du Havre à l'été 2020. Dans le livre La vérité sur Édouard Philippe, écrit par le journaliste de Valeurs Actuelles Tugdual Denis et paru ce jeudi 9 septembre aux éditions Robert Laffont, il se confie sur les moqueries dont il est la cible, dont la remarque que Jean-Luc Mélenchon a faite sur le plateau de Balance Ton Post ! en février 2021, qui ne l'a "pas fait rire" : le chef de file des Insoumis l'avait comparé à un dalmatien. Ce rapprochement désobligeant est aussi fait régulièrement par des internautes, qui se permettent également de souligner sa ressemblance avec un personnage du dessin animé canin de Disney, Cruella.

Ces remarques n'ébranlent toutefois pas Édouard Philippe, dont la barbe est devenue bicolore à cause d'une maladie dermatologique appelée vitiligo. "À la fois, je m’en fous de mon vitiligo, et à la fois, je ne vous l’apprends pas à vous, qui êtes concerné, ça reste une pathologie", a-t-il déclaré dans l'ouvrage. Avant de revenir subtilement sur les commentaires de Jean-Luc Mélenchon : "La leçon, c’est qu’en France, quand vous êtes un homme blanc de cinquante ans, on peut vous comparer à un chien."

En juin 2020, suivi par nos confrères de Paris Match pendant sa campagne pour l'élection municipale au Havre, Édouard Philippe s'est voulu rassurant (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles