Education des enfants : ce que les peuples ancestraux nous apprennent

·1 min de lecture

Dans « Chasseur, cueilleur, parent », qui vient de paraître aux éditions Leduc, Michaeleen Doucleff part avec sa fille de 3 ans pour expérimenter les méthodes éducatives des plus anciens peuples du monde… Résultat bluffant. En avant-première, elle nous explique pourquoi et comment.

En 2018, Michaeleen Doucleff est au bord du burn-out. Cette Californienne, maman d’une petite Rosy, n’arrive plus à canaliser sa fille, « très entêtée », selon elle. Jusqu’au jour où son métier de journaliste la pousse à s’intéresser aux pratiques éducatives des Mayas, dont les enfants font preuve d’une attention et d’une concentration singulières. Une révélation ! Et s’il s’agissait de repenser la relation parents-enfants dans nos sociétés occidentales sous le prisme des chasseurs-cueilleurs, communautés parmi les plus vénérables du monde ?

Rosy a à peine 3 ans quand Michaeleen l’embarque au Mexique, chez les Mayas, pour observer leurs méthodes et les mettre en pratique avec elle. « Les enfants mayas sont aussi calmes et tranquilles que leurs parents », commente-t-elle. Au terme d’une enquête qui va aussi mener mère et fille chez les Inuits, au-dessus du cercle arctique, et jusque chez les Hadza, en Tanzanie, Michaeleen Doucleff en vient à remettre en question certaines de nos habitudes. A commencer par notre obsession pour la réussite scolaire. « Nous sommes peut-être doués pour leur apprendre les maths, dit-elle, mais nous avons perdu la capacité d’élever des enfants confiants et heureux. » Son livre est bourré de conseils pratiques… donnés, en premier lieu, par Rosy, une petite fille désormais apaisée avec une maman zen.

Autonomes comme chez les Hadza

En arrivant dans cette communauté d’Afrique...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles