Effet Covid ou phénomène durable ? 40% des chefs d'entreprise ont commencé à relocaliser en France

Cyprien Tardieu
·2 min de lecture
Effet Covid ou phénomène durable ? 40% des chefs d'entreprise ont commencé à relocaliser en France

Près de la moitié des entreprises françaises commencent à rapatrier leurs activités dans l'Hexagone selon une récente étude.

Discuter à distance avec ses amis lors d’un apéro-skype, multiplier les réunions virtuelles en télétravail, s’improviser maître ou maîtresse pour ses enfants… Depuis maintenant plus d’un an, le Covid-19 a bouleversé nos vies et chamboulé nos certitudes à plus ou moins grande échelle. 

La crise du coronavirus a bien entendu largement modifié l’organisation du travail et changé les mentalités des chefs d’entreprise à en croire une enquête d'OpinionWay et de l'agence Insign relayée mercredi par BFM Business. 40% des dirigeants français interrogés assurent avoir commencé à relocaliser leurs activités en France.

À LIRE AUSSI >> Zoom escaper : cet outil vous propose de saboter vos réunions virtuelles

Pour la majorité d’entre eux (60%), cette relocalisation industrielle tient d’abord à un souci de mieux maîtriser les coûts liés à la logistique. Parmi les autres raisons invoquées figurent notamment la valorisation du savoir-faire français et la création d’emplois dans l’Hexagone.

VIDÉO - Krys relocalise une partie de sa production en France

Priorité numéro un des Français

Cette stratégie positive pour notre économie intervient plus de six mois après l’intervention du ministre de l’Économie Bruno Le Maire appelant les entreprises tricolores à relocaliser massivement. À l’époque, le locataire de Bercy prévoyait une enveloppe de 1 milliard d'euros pour des investissements industriels sur le territoire. "Parce que l'industrie fait partie de notre culture, relancer l'économie c'est relancer l’industrie", disait-il en septembre dernier.

Si l’intention est louable, elle devrait en toute logique engendrer une augmentation du prix du produit final pour le consommateur. Les Français sont-ils prêts à mettre la main au portefeuille pour soutenir le patriotisme économique ? "73% des dirigeants en sont convaincus et 69% de ceux qui ont leur activité basée en France observent une accélération de leur chiffre d'affaires lié au 'made in France'", ajoute BFM Business. 

À LIRE AUSSI >> Contrôleur technique, boulanger… Ces métiers qui peinent à recruter malgré la crise

Il en va aussi de notre souveraineté économique à l’égard des sous-traitants étrangers, asiatiques en particulier. La pénurie de puces électroniques, produites en majeure partie en Asie, qui met à mal les constructeurs automobiles et bien d’autres secteurs a rappelé la vulnérabilité de la France.

D’après un sondage Odoxa-Comfluence pour Les Echos et Radio-Classique publié pendant le premier confinement, 92% des Français font de la relocalisation des entreprises tricolores la priorité de l’après-crise.

Ce contenu peut également vous intéresser :