Eglantine Eméyé : sa grosse frayeur en direct pendant la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Les aléas du direct. Le vendredi 23 juillet 2021, alors qu'elle commentait la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Tokyo sur France 2, l'animatrice Eglantine Eméyé a soudainement laissé échapper un cri, alors que les athlètes guyanais défilaient. "Excusez ce petit cri", s'est-elle excusée juste après. Avant d'expliquer : "J’ai un animal qui s’est posé sur moi. Une sorte de blatte…". Ses collègues, le journaliste sportif Alexandre Boyon et l'ancien juré de Top Chef passionné du Japon Thierry Marx, n'ont pas pu s'empêcher de rire de la situation. "Pourtant, les Îles Caïmans ne sont pas encore là !", a ironisé l'un d'eux. Un moment de spontanéité qui a dénoté avec l'atmosphère qui régnait à l'événement, qui s'est déroulé sans public. Pour rappel, cette compétition a été reportée d'un an à cause de la pandémie de Covid-19, et a failli être annulée.

Si cet imprévu était une parenthèse inattendue, c'est la solennité qui a primé durant cette cérémonie d'ouverture. En parallèle du défilé des pays avec leurs porte-drapeaux -où la délégation française s'est faite remarquer-, le Japon a préparé un spectacle dans lequel il présentait sa culture à travers différentes formes artistiques.

Pour Eglantiné Eméyé, japanophile, assister à cet événement mondial en direct de Tokyo était une occasion de déclarer son amour au pays du Soleil Levant. À Télé 7 Jours le vendredi 23 juillet 2021, la présentatrice, dont un des enfants est autiste, a confié : "Le goût du Japon m’a été transmis par mon (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles