Eglantine Eméyé séparée de son fils autiste : son cri du cœur

·2 min de lecture

Sa notoriété, Eglantine Eméyé la met au service de la cause qu’elle défend depuis la naissance de son fils Samy. Atteint d'autisme et polyhandicapé, l'adolescent de 15 ans peut compter sur le soutien de sa maman qui s'est empressée de lui rendre visite dans son centre spécialisé, juste après l’allocution d’Emmanuel Macron annonçant un nouveau confinement dès le 30 octobre 2020 jusqu’au 1er décembre minimum. Un tendre moment que l'autrice du livre Le voleur de brosses à dents (Ed. Robert Laffont) a partagé sur son compte Instagram par le biais d'une photo d’elle et son fils, main dans la main.

"Promenade en urgence avant que le confinement nous prive de cette liberté pendant des semaines ! Tout est bon à prendre... c'était hier après midi. Baisers mon amour. À vite j'espère", peut-on lire en légende de ce cliché qui a touché ses abonnés. "Ça fait plaisir de vous voir marcher main dans la main", "J’admire votre courage, votre humilité et votre sensibilité. Bravo !", ou encore "Bon courage pendant ces semaines" et "Que vous êtes beaux. Courage", peut-on lire en commentaires, parmi les nombreux petits cœurs laissés par ses followers.

Ce n’est pas la première fois que la co-présentatrice du Monde de Jamy (France 3) est séparée de son fils aussi longtemps. Lors du premier confinement, en mars 2020, la mère de famille avait partagé sa peine sur Twitter : "Je ne reverrai pas de sitôt mon fils handicapé, confiné loin de moi. Dur pour tous les deux, mais encore plus pour lui qui ne comprend pas". Invitée sur le plateau de C à vous (France 5) en 2019, elle avait expliqué son choix de placer son fils dans un centre dans le sud de la France, à 800 kilomètres de chez elle.

"Il vit dans un hôpital, ce n’est pas la place d’une personne autiste, épileptique. L’hôpital c’est un lieu de soins permanents (...) Je préférerais qu’il vive dans une maison, dans laquelle il aurait aussi de l’éducatif, du soin quand c’est nécessaire, et puis près de moi". Malgré la distance, l’animatrice a pour (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite