Ejaculation précoce : un motif de rupture pour 29% des femmes

Caroline Michel

Selon une nouvelle étude Ifop, 71% des hommes estiment avoir déjà éjaculé « trop vite ». Un trouble sexuel qui se transforme en double pleine quand on apprend que 29% des femmes ont déjà mis fin à une relation pour cette raison. Un chiffre surprenant que nous avons décidé d’interroger.

Face à un problème d’ éjaculation précoce, les femmes sont-elles intransigeantes ? La dernière étude Ifop réalisée pour charles.co - une plateforme de consultations en ligne dédiée à la santé sexuelle masculine - révèle que « 29% des femmes ayant déjà eu une relation avec un éjaculateur précoce déclarent avoir rompu pour cette raison ». Spontanément, on a envie de dire : mais non ? Pour relativiser ce chiffre, François Kraus, directeur du pôle politique et actualité à l’Ifop, nous invite à regarder l’autre moitié du verre : face à l’éjaculation précoce, 71% des femmes restent. Certes. Mais « quitter » un homme parce qu’il éjacule trop vite demeure (chiffre à l’appui, donc) une réalité. Une réalité qui, en passant, n’est d’ailleurs pas toujours avouée puisque seuls 15% des hommes estiment avoir été quittés « à cause » de ça. Les femmes choisissent-elles d’épargner leur partenaire ou les hommes sont-ils dans le déni ? Dans tous les cas, nous avons voulu comprendre : qui sont ces femmes et leur décision est-elle aussi radicale qu’elle en a l’air ?

Quand l’éjaculation précoce est l’arbre qui cache la forêt

« L’éjaculation précoce peut davantage poser problème en début de relation, quand le sexe tient une place importante », explique François Kraus, qui ajoute que « chez les couples de longue durée, la sanction est moins forte puisqu’ils ont tendance à chercher des solutions ». Mais...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi