Elie Semoun révèle être “amoureux” : ses confidences

Pour de nombreux Français, le confinement est l’occasion de renouer avec ses anciennes passions. Certains cuisinent, certains jardinent, et d’autres, à l’image de Denis Brogniart, en profitent pour se lancer dans des projets inattendus… Pour Elie Semoun, c’est l’occasion de recommencer la musique. Maintenant qu’il a enfin pu voir son papa qui vit dans un EHPAD, l’humoriste n’a plus à s’en faire et peut enfin s’occuper de lui. Mercredi 13 mai 2020, il était invité dans l’émission Je t’aime, etc. sur France 2. L’occasion pour Daphné Bürki de l’interroger sur sa vie de confiné. “Est-ce que vous allez refaire un album ?”, lui a demandé l’animatrice. En effet, Elie Semoun a déjà sorti trois albums : Chansons en 2003, Sur le fil en 2007, et enfin Des paroles en l’air en 2018. Mais visiblement, continuer sa carrière musicale n’est pas une priorité pour Elie Semoun.

Elie Semoun peu bavard sur sa vie amoureuse

“J'en ai fait trois, et le dernier à dû se vendre à autant d'exemplaires qu'il y a de gens sur votre plateau. Et encore !”, s’est amusé l’humoriste face aux trois personnes présentes sur le plateau en question. Et sur les rires des invités, Elie Semoun a ensuite glissé une subtile confidence sur sa vie privée : “Je continue à écrire des chansons, parce que, quand je suis amoureux, j'écris des chansons…” Il n’en fallait pas plus pour que Daphné Bürki s’extasie et le complimente sur sa mine resplendissante. “Donc confinement tout en amour ?”, le relance l’animatrice. Quelque peu gêné, Elie Semoun a finalement préféré en rester là. “Pas tout en amour… mais euh… enfin bref. T’as pas une autre question ?”, rétorque l’humoriste qui ne souhaite donc pas donner plus de détails sur sa relation.

“Je suis toujours avec des filles plus jeunes que moi parce que j'ai moi-même l'impression d'être plus jeune que moi”, expliquait-il dans les colonnes de Gala, le 30 janvier. “Mais bon, j'ai compris un truc : ma mère est morte à l'âge de 37 ans, et j'ai du mal à sortir avec des femmes qui

(...) Cliquez ici pour voir la suite