Elisabeth Borne fait pleurer une femme en situation de handicap de en lui suggérant de reprendre le travail

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le 16 mai 2022, après de longues journées de spéculations et d’attente, Emmanuel Macron a pris la décision de nommer Elisabeth Borne au poste de Première ministre. Moins d’un mois après sa nomination, celle qui a été ministre de Transports en 2017, s’offre sa première polémique en tant que chef du gouvernement. Mardi 7 juin 2022, Elisabeth Borne était l’invitée de Wendy Bouchard, dans l’émission Ma France, sur France Bleu. Au micro de la station du service public, la Première ministre a suggéré à une femme handicapée, privée d'allocation adulte handicapée (AAH) à cause des revenus de son mari, de retourner travailler. Cette auditrice, Dolorès, appelait pour "savoir si l’État compte faire quelque chose pour les personnes qui sont handicapées". "J'ai fait la demande d’AAH, mais dans la mesure où mon époux touche 1800 euros malgré un loyer de 1000 euros à Nice, on me dit que j’ai le droit à rien car on dépasse les plafonds. Sans mon époux, je serais à la rue", raconte-t-elle. Du côté d’Elisabeth Borne, le retour à la réalité est saisissant.

"Il y a la façon dont on peut vous accompagner pour que vous puissiez peut-être reprendre une activité professionnelle. J'imagine que c'est quelque chose que vous pourriez souhaiter", demande Elisabeth Borne à Dolorès, auditrice de France Bleu en situation de handicap. "J'adore quand Madame la Première ministre dit de reprendre une vie professionnelle, mais vous savez qu'on est en fauteuil...", déplore Dolorès avant de fondre en larmes. Un silence (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles