Elizabeth II : l'astuce surprenante qui lui a permis de surmonter sa timidité

AYLESFORD, UNITED KINGDOM - NOVEMBER 06: (EMBARGOED FOR PUBLICATION IN UK NEWSPAPERS UNTIL 24 HOURS AFTER CREATE DATE AND TIME) Queen Elizabeth II (wearing the Kent Amethyst Brooch, part of a demi-parure which first belonged to Queen Victoria's mother The Duchess of Kent) visits the Royal British Legion Industries village to celebrate the charity's centenary year on November 6, 2019 in Aylesford, England. (Photo by Max Mumby/Indigo/Getty Images)
Elizabeth II, une reine timide qui s'est affirmée à travers ses tenues colorées(Photo by Max Mumby/Indigo/Getty Images)

Elizabeth II n'est plus. Jeudi 8 septembre 2022, la reine d'Angleterre s'est éteinte à l'âge de 96 ans, après avoir régné pendant plus de 70 ans. Derrière elle, la défunte monarque laisse tout un pays en deuil, et une longue lignée éplorée. Si elle a souvent fait preuve d'une rigueur et d'un dévouement qui ont plus d'une fois forcé le respect, Elizabeth II a très vite dû dompter ses craintes personnelles. Timide, il lui a fallu trouver une parade pour briller en société. Et cela est souvent passé par ses tenues.

Elle a marqué l'histoire et restera dans tous les esprits. Elizabeth II a tiré sa révérence. La fin d'un règne époustouflant et d'une destinée hors du commun. À sa naissance, ses chances d'un jour devenir reine étaient bien minces, elle, la fille du prince Albert qui, après l'abdication de son frère Edouard VIII, fut couronné roi George VI. De ce père disparu bien trop tôt, rongé par le stress de la Seconde Guerre mondiale et cette couronne souvent lourde à porter, Elizabeth II avait hérité de certains traits de caractère...

Vidéo. La Minute d'Elizabeth II

Des tenues colorées pour faire oublier son manque de confiance

Elizabeth II n'a que onze ans lorsque son père est sacré roi d'Angleterre, en 1937. En coulisses, elle prend très vite la mesure de la situation. Son oncle a abdiqué par amour, délaissant les responsabilités qui incombent à son rang. Elizabeth II assiste alors aux hésitations de son père à ses débuts en tant que roi. Lui est cruellement timide, et peine à aligner les phrases lorsqu'il faut parler en public. Les premiers pas sont éprouvants. Comme le seront les siens, des années plus tard alors qu'elle devient à son tour reine d'Angleterre.

La voilà propulsée sur le devant de la scène, contrainte, à seulement 26 ans, de porter de lourdes responsabilités, qui plus est dans une situation géopolitique tendue. En 2015, la journaliste britannique et experte royale Ingrid Seward, autrice du livre "The Queen’s Speech : an intimate portrait of the Queen in her own words", revenait pour Paris Match sur la personnalité si mystérieuse d'Elizabeth II : "Elle n'est que contradictions. Elle est timide mais aussi très drôle. Elle est sensible mais doit apparaitre impitoyable. Et tellement habituée à cacher ses vrais sentiments que nous ne cesserons jamais de nous demander ce qu’elle ressent. Et ne le saurons jamais !"

VIDÉO - Philip Turle : "Charles va devenir roi. Cela fait 70 ans qu’il attend ce poste, il est prêt"

Alors, comme un pied-de-nez à cette timidité qui la ronge encore, Elizabeth II fait de chacune de ses apparitions des moments colorés. Violet, vert, rose... la reine s'approprie sa place de monarque à travers ses tenues flamboyantes, comme pour diminuer un tant soit peu l'austérité de son rang. Dans le livre "Our Queen", le biographe Robert Hardman relatait ainsi les propos étonnants de feu Sa Majesté : "Ma remarque préférée de la Reine était : 'Je peux toujours porter du beige car personne ne saura qui je suis'." Une façon de plaisanter sur ses choix de couleurs toujours aussi vives, mais qui n'étaient jamais faits par hasard. D'abord pour éviter de passer inaperçue, mais aussi pour toujours faire un clin d'oeil aux divers évènements auxquels elle se rendait : "Elle n'assistera pas à un engagement dans un lieu verdoyant, comme un champ de courses ou une fête dans un jardin, dans un vert camouflant. Mais elle se fera un plaisir de déployer le vert pour se démarquer là où c'est nécessaire" analysait la journaliste Sali Hughes dans le livre "Our Rainbow Queen".

Des convives impressionnés et une reine qui se lasse

Oui, si Elizabeth II pouvait souvent paraitre froide et sévère, en coulisses, certaines marques du protocole avaient fini par la lasser. C'est du moins ce qu'assurait le journaliste Adam Helliker en 2019 dans les colonnes du Sun. D'après lui, la reine nourrissait le fantasme d'un jour "pouvoir s’immiscer dans une fête, errer anonymement et parler à n'importe qui", fatiguée d'avoir toujours à faire face aux révérences et mines impressionnées de ses convives lors de ses dîners officiels. Cet "inévitable silence" à chacune de ses arrivées dans une pièce, elle ne le supportait que très peu.

En témoigne cette anecdote racontée par un officier de la Royal Air Force. Lors d'une promenade à Balmoral, Elizabeth II s'était ainsi laissée aller à quelques confidences : "Elle m’a raconté à quel point c’était agaçant d’aller à une fête et, comme elle l’a dit elle-même, voir les gens se retirer comme la mer fendue par la proue d’un navire qui la traverserait."

Difficile d'avoir de vrais échanges avec autrui lorsque l'on est la reine d'Angleterre. Et ce, même au sein de sa propre famille. En 2016, le prince Harry lui-même concédait être très impressionné par la simple présence de sa grand-mère. "Pour moi, elle est la reine avant d'être ma grand-mère. On a toujours un immense respect pour son boss, et bien je la considère principalement comme un boss et occasionnellement comme ma grand-mère."

Une chose est certaine, en tirant sa révérence, Elizabeth II laisse derrière elle un vide énorme...

VIDÉO - Élizabeth II : son évolution physique depuis 1938

À lire aussi :

>> Découvrez les tenues les plus emblématiques de la reine Elizabeth II

>> Couples mythiques : Prince Philip et reine Elizabeth II, love at first sight

>> Elizabeth II, un règne haut en couleurs