Elle a débuté son premier emploi en pleine épidémie de Covid: voici ce qu'il s'est passé

Alice Sangouard

EMPLOI - Le premier emploi une fois ses études terminées, on se l’imagine pendant des années, on fantasme sur les responsabilités qui nous seront confiées... Mais s’il y a bien une chose qu’on n’imagine pas, mais alors pas du tout, c’est de débuter dans le métier... en chômage partiel total.

A cause de la crise du coronavirus, de nombreuses entreprises ont subi une baisse d’activité voire un arrêt total pendant le confinement. L’Etat a donc élargi l’allocation de chômage partiel pour qu’un plus grand nombre de salariés puisse toucher des indemnités à hauteur de 70% de son salaire brut au minimum, soit environ 84 % de son salaire net.

Marion fait partie des 14 millions personnes concernés par le dispositif au 15 juillet. Embauchée le 6 avril dernier dans un cabinet de conseil, elle est au chômage partiel à temps plein depuis le début de son contrat, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus. “C’est bizarre de se dire que je suis dans une entreprise et au final je connais pas les collègues ni les missions sur lesquelles je vais être amenée à travailler.”

Une situation qui pourrait s’inscrire dans la durée. Le 24 juin dernier, Emmanuel Macron a présenté aux partenaires sociaux les modalités du dispositif d’activité partielle que le gouvernement a mis en oeuvre dès le 1er juillet. L’Etat prend en charge 84% du coût du chômage partiel des entreprises qui reprennent près des deux tiers de leur activité, et ce jusqu’au 1er octobre prochain.

À voir également sur Le HuffPost: Licenciés avant le Covid-19, ils veulent relancer leur usine de bouteilles d’oxygène 

LIRE AUSSI:

Vacances, retraite, indemnités: ce que change le chômage partiel

À quoi ressemblera le télétravailleur du futur? Une société l'a imaginé

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.