#ELLEDécoCrush : la vente aux enchères du mobilier de Kenzo Takada

Les amateurs d’art ont déjà noté la date dans leurs agendas. Le 11 mai prochain se tiendra une vente aux enchères aux allures d’événement : la dispersion du mobilier de l’appartement de Kenzo Takada. Au total, près de 600 lots, beaux et rares, marqués de l’empreinte du prestigieux couturier japonais, disparu il y a quelques mois.Le 4 octobre 2020, Kenzo Takada tire sa révérence. Le monde de la mode est en deuil face à la disparition de ce génie des ciseaux, arrivé en France de son Japon natal dans le courant des années 1960. Pendant plus de cinquante ans, le couturier a accompagné les femmes dans la libération de leur corps et leur émancipation. Le leitmotiv des vêtements sortis de ses ateliers ? Des fleurs, toujours des fleurs. Et des motifs japonais, pour rappeler son pays d’origine. Une véritable signature stylistique qui lui a permis de construire un empire dans le milieu de la haute-couture.À lire > Design iconique : la Diamond Chair signée Harry BertoiaCar oui, Kenzo Takada a construit un empire. Les vêtements, il en a fait sa vie. Il a même été l’un des premiers à inventer le concept de prêt-à-porter. Mais ce ne fut qu’un maillon au milieu d’une chaîne d’activités beaucoup plus large. À partir des années 1970, le styliste se lance dans la commercialisation de parfums. Parmi les fragrances les plus célèbres, on trouve "King Kong", "Parfum d’été", "L’eau de Kenzo" ou encore "Flower by Kenzo". En 1993, il revend sa maison au groupe LVMH, mais reste néanmoins propriétaire du nom complet : Kenzo Takada. Enfin, en janvier 2020, quelques mois avant sa disparition, il lançait la marque K3, dévolue à la maison. Plus qu’un artiste, Kenzo Takada était un véritable homme d’affaires.Un appartement digne d’un muséeEntre Kenzo et Paris, c’est une histoire d’amour qui a duré plus d’un demi-siècle. S’il a vécu dans une maison japonaise (qu’il a fait construire) aux alentours de Bastille, c’est Rive gauche que le couturier japonais a trouvé son repère. L’appartement aux allures de refuge d’esthète se trouve en face du Lutetia, dans un somptueux immeuble haussmannien. Surplombant tout Paris, cet espace digne d’un musée rassemble une incroyable collection d’objets, œuvres d’art, tableaux et autres meubles, acquis au fil des années.Riche de références, la collection de Kenzo Takada l’est assurément. Elle comprend des pièces d’art venues d’Asie, d’art précolombien, d’art tribal, sans compter des photographies, des œuvres contemporaines, des lustres en cristal ou encore du mobilier d’Art Décor. Cerise sur le gâteau, on trouve même du mobilier créé par le couturier lui-même. Les différentes pièces de sa collection, véritables objets de désir, seront bientôt mis aux enchères par Artcurial, après une exposition du 7 au 10 mai. La vente aux enchères aura lieu le 11 mai à 14 heures et sera une occasion unique de s’approcher au plus près de celui qui a su si bien marier l’Orient et l’Occident.Un dernier hommageLa vente aux enchères chez Artcurial se veut comme un dernier hommage à Kenzo. C’est du moins ce qu’a expliqué Stéphane Aubert, commissaire-priseur et directeur associé d’Artcurial, dans le communiqué de presse de l’événement : « La collection Kenzo reflète à merveille l’œil de ce créateur de génie également décorateur épris de civilisations qui savait, comme pour ces créations, parfaitement manier des cultures différentes dans cet appartement parisien dans lequel il vécut les 15 dernières années de sa vie. Cette vente sera l’occasion d’un dernier hommage à cet artiste aux talents multiples. »Parmi les pièces importantes que l’on devrait trouver, citons cet important cheval Hinoki de la période Han (estimé entre 20.000 et 30.000 euros), un majestueux lustre en cristal (entre 4 000 et 6 000 euros), un torse de Bouddha datant du IIIème siècle (entre 10.000 et 15.000 euros) ou une série de treize photographies du photographe américain William Eggleston (entre 20.000 et 40.000 euros). Et ce n’est pas tout ! Parallèlement, une vente Online Only présentera une centaine de créations de garde-robes colorées et inédites, toutes issues de la collection personnelle de Kenzo Takada. « Tout commence par un dessin. Nehru, Boticelli, Rashômon by Kurosawa, Romania, Africa, China, Mickey Mouse. Tout peut être une source d’inspiration », disait le couturier. Kenzo, la définition de l’élégance et de l’érudition.Plus d'informations sur la vente aux enchères de la collection Kenzo Takada chez Artcurial sur www.artcurial.comEnvie de vous plonger dans la collection de Kenzo Takada ? Zoom sur les pièces à ne pas manquer.