#ELLEfoodspot : La Nord à Hossegor, bistrot de copains et coucher de soleil

Ouvert au printemps dernier, ce bistrot de potes a bouillonné toute la saison. A grand coups de petites assiettes et de sunset. Désormais la terrasse n’est plus, pour cause de travaux municipaux et de froid hivernal. Peu importe, on vous embarque à l’intérieur. Il suffit de pousser la grosse porte, taguée au posca blanc et faire juste deux pas à l’intérieur (accueillis par un grand chien crème aux yeux vairons, hyper classe) pour se sentir bien. Entre la playlist hip hop 90, la déco vintage et les odeurs de viande grillée et d’épices qui émanent de la cuisine, il se dégage tout de suite quelques chose de cool et rassurant. Tout ce qu’on aime. Repris par Antoine Lécot, jeune trentenaire surfeur, originaire de Normandie, cette ancienne brasserie en circuit depuis 1962 ressemble désormais à un bistrot de potes où l’on vient siroter des cocktails, boire des bières du coin et s’envoyer des petites assiettes fraîches et locales, grâce au talent du chef Jonathan Guyennot. « Vous ne trouverez jamais de chipirons, ni de moules, ni de thon rouge ici. On s’est fixés de ne servir à nos client que des produits de la région. Notre viande vient de chez le boucher à Seignosse, les fruits et légumes de Chalosse, les fromages de Soustons » explique Antoine. Une démarche consciencieuse et dans l‘air du temps, salutaire dans cette partie de la ville qui fait la part belle aux gargotes de plage, peu regardantes sur la traçabilité des produits.Kimchi et Ossau IratyD’entrée de jeu, la maison suggère de partager trois à quatre plats. On jette un coup d’œil à la longue carte et l’on choisit deux entrées du genre japoniso-coréen et deux plats plus locaux.Les hostilités commencent avec un okonomiyaki, cette omelette japonaise typique, ici revisitée avec du chou à la place des œufs. Cela donne un gros pancake salé mais pas trop, assaisonné d’une mayo piquante et parsemée de pétales de bonite séchée dits « katsuobushi ». On adore. Pareil pour la seconde entrée, une tempura géante de kimchi de chou kale, aussi légère que croustillante. « La carte, qui change très régulièrement, contient souvent des plats asiatique car c’est une cuisine qu’on adore Jonathan, Benjamin Bardy, le second, et moi. On s’inspire beaucoup des cuisines étrangères de manière générale. L’idée est de toujours faire un mix entre le tradi et l’exotique, comme on dit. On ne se cantonne pas au franco-français ».Retour au pays landais avec un demi-magret de canard de la ferme de Hournadet, accompagné d’une tatin de poires de terre, et d’un jus réduit au cacao. Le magret parfaitement cuit s’agrémente d’une démente sauce à la clémentine. La suite arrive dans une assiette creuse garnie de pommes dauphines, d’une chiffonnade de jambon de Bayonne, d’un confit d’échalote tout doux et d’une crème d’Ossau Iraty régressive. Parfait pour un samedi midi d’hiver avant d’aller voir les vagues.LandiforniaQuand les beaux jours reviennent et que la saison touristique redémarre, La Nord enclenche le mode tapas/street food le midi. A commencer par des baos au porc fondant effiloché, des falafels en tous genres, du houmous de fève à tartiner sur des naans ou encore des taloas (galette de maïs) à la poitrine de cochon fermier et fromage de brebis. Un must de la street food basque. Car le Pays basque n’est jamais très loin lorsque l’on est dans les Landes.D’ailleurs, les vins viennent tout droit du caviste nature Retour Verre le Futur à Biarritz. Chaque semaine, Antoine va faire son marché avenue de la Marne, et rapporte des pépites pour le restaurant. Des flacons en tous genres, de toutes les couleurs, et tous les cépages. Leur point commun : ils viennent de vignerons indépendants, qui élaborent leur vins proprement, sans souffre, ni intrants chimiques.Par ailleurs, la maison travaille avec la Brasserie Naturelle des Landes, « un groupe de potes qui font de la bière dans le coin » selon les termes du taulier, aficionado de leur rousse tourbée, de leur IPA ou encore de leur stout. Idéal au retour du surf, après le service du midi, avant celui du soir. Car oui, pendant la coupure l’équipe va régulièrement surfer. Parfois même La nord, la plus grosse vague des Landes. On comprend tout de suite mieux le nom du resto.La Nord Prix : entrées et desserts entre 9 et 15 € Plats aux alentours de 15-20€ 39, rue des Landais 40150 Soorts-Hossegor 05 47 55 59 21@lanord_hossegor