Elodie Gossuin en colère : sa petite pique à Édouard Philippe

C'était une intervention très attendue par les français, qui depuis des semaines, doivent se contenter de spéculations sur le sort qui leur sera réservé au sortir de la crise sanitaire. Mardi 28 avril 2020, Édouard Philippe s'est exprimé depuis son pupitre de l'Assemblée Nationale. Dans son discours, qui aura duré une heure, le Premier ministre a évoqué entre autres les mesures de déconfinement progressif qui prendront place dès le 11 mai. Ainsi, ce sont les écoles qui devraient ouvrir le bal, à commencer par les écoles maternelles et primaires. Une décision qu'Édouard Philippe justifie en raison de la faible charge virale transportée par les jeunes, mais aussi et surtout par la nécessité de "garantir la réussite éducative des élèves dont la scolarité souffre terriblement du confinement". Les enfants en question ne porteront pas de masques, pour prévenir un possible mauvais usage de leur part.

Elodie Gossuin dubitative

Depuis son allocution, de nombreux parents témoignent de leur inquiétude quant à ce soudain retour à l'école. Parmi eux, Élodie Gossuin, directement concernée par le sujet puisqu'elle est mère de 4 enfants. Dans la matinale d'RFM qu'elle anime depuis trois saisons, l'animatrice a dévoilé ne pas avoir eu Le meilleur des réveils le mercredi 29 avril. En effet, l'épouse de Bertrand Lacherie a partagé ses doutes quant aux raisons réelles des mesures annoncées par le Premier ministre. "C'est vrai que nos enfants en bas âge n'ont pas besoin de masques, pas besoin de rester confinés... a-t-elle lancé à l'antenne. Ce qui compte c'est qu'ils retournent à l'école pour que les parents puissent aller travailler. C'est la priorité... Je ne suis pas du tout ironique... Peut-être un petit peu...". Un sentiment partagé par bon nombre d'internautes sur Twitter, qui ont trouvé le discours assez confus. "Je n'ai rien compris sur la réouverture des écoles, collèges et lycées, tant c'est dit avec confusion ("certains départements", "base du volontariat", "cas particuliers",

(...) Cliquez ici pour voir la suite