Elsa Wolinski : ses confidences poignantes sur sa thérapie après les attentats qui ont coûté la vie à son père

·1 min de lecture

Derrière les traumatismes engendrés par les attentats de Paris en 2015, des milliers de personnes ont fait en sorte de se reconstruire. Elsa Wolinski en fait partie. La fille de Georges Wolinski, dessinateur de Charlie Hebdo assassiné le mercredi 7 janvier 2015, a dû suivre une thérapie pour tenter de soigner ses maux. La journaliste a effectivement eu recours à une méthode intitulée EMDR, visant à le traiter le syndrome de stress post-traumatique et les phobies. Une thérapie "très difficile" sur laquelle elle est revenue samedi 4 septembre 2021 dans l'émission Bel & Bien diffusée sur France 2.

"Je détestais ce moment", a confié la chroniqueuse. À chaque nouvelle séance, elle avait l'impression que le thérapeute "était là pour enlever le souvenir". "Et moi, bizarrement, je n'avais pas envie de l'oublier ce souvenir", a-t-elle avoué. Pour réaliser son travail, Elsa Wolinski devait "s'imaginer sur la scène du meurtre". "Je revivais ce moment-là comme si j'étais à côté de mon père et c'était pour lui un moyen d'effacer cette scène", a-t-elle poursuivi.

Cette thérapie a permis à Elsa Wolinski d'en connaître un peu plus sur sa personne. "Je me suis souvenue qu'il me demandait : 'Vous avez le droit de ne pas aimer les hommes qui sont présents et qui sont en train de tuer'", a-t-elle indiqué. C'est à cet instant qu'elle a découvert son tempérament empathique. "Je n'arrivais pas à ne pas aimer ces hommes qui, pourtant, avaient tué mon père et l'équipe de Charlie Hebdo", a-t-elle reconnu. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles