Comment Emanuel Ungaro a marqué la mode française

Sylvia Jorif

L'élégance tout en couleurs extraordinaires dont Emanuel Ungaro avait le secret survivra à ce fils de tailleur devenu un prince de la mode. 

Avec la disparition d'Emanuel Ungaro, nous échappent un peu plus encore ces belles heures de la mode française. Il s'était fait très discret depuis qu'il s'était retiré en 2004. Pourtant, son nom avait gardé la splendeur d'un grand couturier, un nom portant la noblesse d'un art qu'il a su défendre avec passion et rigueur. Même les erreurs de casting et les incongruités qui s'en sont suivies pour faire perdurer la marque n'ont pas eu raison du respect infini que nous avons pour l'un des derniers grands maîtres de la couture. Sa disparition, à 86 ans, nous ramène au temps glorieux de la mode où les créateurs étaient des personnages ; leur vie, un roman ; et les collections, des chapitres exaltés. Le parcours d'Emanuel Ungaro est une histoire à lire, lui qui naît pauvre à Aix-en-Provence et devient l'un des plus flamboyants artisans de la robe. Son père Cosimo, militant antifasciste originaire des Pouilles du Sud, fuit l'Italie et trouve refuge dans le midi de la France. Il est tailleur et apprend à son fils le métier dès l'âge de 9 ans, car il faut aider à la maison. La vie est cependant heureuse, modeste mais joyeuse, parmi ses cinq frères et soeurs.

Un apprentissage auprès des plus grands

De son père, il gardera la détermination et louera constamment le courage. Il lui rendra hommage en appelant sa fille Cosima, et dans le peu d'interviews que le couturier accorde, il aura toujours une digne place : « Mon père antifasciste, disait-il, m'a...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi