Emmanuel Macron : son ancien conseiller dévoile ce qui l'a aidé à remporter l'élection présidentielle de 2017

Nouveau en politique, Emmanuel Macron a surpris tout le monde en démissionnant de son poste de ministre de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique sous le gouvernement Hollande pour se porter candidat à l'élections présidentielle. Parti de rien, il est rapidement parvenu à rassembler de nombreux militants au sein de son parti En Marche! (devenu La République en Marche!). Mais cela n'aurait peut-être pas suffi à le faire gagner. En effet, dans un article publié dans le magazine québécois l'Actualité, Ismaël Emelien, ancien conseiller d'Emmanuel Macron, dévoile le rôle essentiel qu'a joué Data Sciences dans la victoire du leader d'En Marche!. Celui que Le Monde a baptisé "le sorcier de Macron" raconte sa rencontre avec Thomas Pitfield, créateur du logiciel de big datas et ami d'enfance de Justin Trudeau : "Nous avions suivi la victoire de Trudeau, un jeune candidat centriste qui ressemblait à notre chef. Tom voulait nous aider à gagner [...] Nous n’avions pas d’argent, pas d’expérience, pas de liste de membres, rien", ajoute ce dernier.

⋙ Emmanuel Macron : l’erreur du président lors des voeux de fin d’année

C'est là que l'entreprise canadienne entre en jeu. Grâce aux données des internautes, récoltées avec leur accord, Data Sciences crée des contenus numériques sur mesure pour le parti politique. Pour le jeune directeur de campagne, c'est "un gain de temps fou." Il ajoute : "Le temps, en campagne, c’est ce que j’ai de plus rare et de plus précieux." De plus, grâce au décalage horaire, l'entreprise pouvait travailler de nuit et ainsi proposer des contenus - en français - pouvant être partagés sur les réseaux sociaux par les militants dès le matin. Si elle l'a propulsé en tête des suffrages, Emmanuel Macron n'était pas le seul à faire usage de cette technologie : François Fillon, Alain Juppé et Jean-Luc Mélenchon ont, entre autres, fait appel à la société américaine Nation Builder, la favorite de Donald Trump.

À lire aussi : Données personnelles sur internet : comment

(...) Cliquez ici pour voir la suite