Emmanuel Macron : ces critiques qu'il ne supporte plus

A quoi a bien pu ressembler le quotidien du Président dans un Elysée confiné ? Voilà la question que se posait BFMTV dans un documentaire diffusé lundi 18 mai 2020, à 20h50 sur la chaîne d’information en continu. Intitulé Au coeur de l’Elysée, ce long format inédit se penchait sur les coulisses du pouvoir en temps de confinement lié à la crise du Covid-19. “Le bâtiment a pris des allures de Palais fantôme”, apprend-on. “Sur les 800 personnes qui y travaillent habituellement, 200 sont encore présentes.” Et la voix-off de poursuivre : “Depuis le confinement, le président de la République sort moins que d’ordinaire. Au total, dix déplacements, environ un par semaine.” Et la chaîne de préciser : “A plusieurs reprises pendant un mois, en pleine période de confinement, les caméras de BFMTV ont pu entrer à l'Elysée pour y filmer des réunions stratégiques sur la pandémie de Coronavirus et y réaliser un entretien exclusif avec le Président de la République.” Gestion de crise, ressentis sur son propre confinement, relations avec l’Europe… le chef de l’Etat s’exprime sur de nombreux sujets. Et en profite également pour répondre aux critiques.

"Je ne crois pas aux miracles"

A la question “Comment est-ce que vous expliquez, comment est-ce que vous avez vécu la défiance des Français à votre égard ?”, Emmanuel Macron répond ainsi, avec un léger sourire aux lèvres : “Ecoutez, je ne m’interroge pas sur mes états d’âme, je regarde devant. Nous sommes un pays qui, depuis des décennies, connaît le doute et les divisions.” Il poursuit, en souriant : “Je ne crois pas aux miracles, donc je pense que cette France défiante existe et n’a pas changé. Ce qui est important, dans cette période, c’est que s’il doit y en avoir un dernier pour défendre la République dans toute son unité, c’est moi.” Et ajoute : “Il faut réussir à rebâtir cette confiance indispensable pour aller de l’avant.” Pour ceux qui lui reprochent de prendre la place de certains ministres lors de réunions, comme celle relative à

(...) Cliquez ici pour voir la suite