Emmanuel Macron : ce détail surprenant que personne n’a remarqué lors des voeux du 31

Une semaine après l’apparition télévisuelle d’Emmanuel Macron, le 31 décembre 2019, son discours est encore scruté sous ses moindres coutures. Alors que le président de la République avait commis une erreur dans ses voeux, concernant la décennie à venir, c’est maintenant un détail tout autre qui intrigue. Lundi 6 janvier, c’est Cyril Hanouna qui a soulevé une nouvelle question : celle du décor qui se trouve derrière le chef de l’État. Pour la troisième fois depuis le début de son mandat en 2017, Emmanuel Macron a présenté ses voeux aux Français devant… une fenêtre. Un détail qui semble insignifiant, et auquel personne n’a prêté attention, mais qui n’a pas été choisi au hasard. L’équipe de Touche pas à mon poste a tenté d’en savoir plus, et a donc contacté le réalisateur Jérôme Revon. Ce dernier a finalement expliqué la raison qui se cache derrière ce choix surprenant.

⋙ Emmanuel Macron : l’erreur du président lors des voeux de fin d’année

Tandis que les chroniqueurs font des suppositions, Cyril Hanouna finit par cracher le morceau : “C’est une volonté du président de la République. C’est pour que les Français se concentrent sur le message, et non sur le décor.” En effet, durant ces longues prises de paroles, il arrive parfois que le regard se perde sur l’arrière-plan. “Il y a énormément de dorures à l’Élysée, donc il préfère enregistrer son message devant la fenêtre qui donne sur le parc de l'Élysée, c'est plus élégant, plus sobre, parce que sinon les gens se concentreraient plus sur le décor”, poursuit l’animateur selon ce qu’a confié Jérôme Revon. Ce choix n’a donc rien à voir avec l’envie d’Emmanuel Macron de “se tirer” comme avait plaisanté la journaliste Isabelle Morini-Bosc durant l’émission. Il s’agit bien là d’une volonté de se rapprocher de ceux qui l’ont élu, et qui ont souvent tendance à critiquer le mode de vie privilégié du couple présidentiel. Un souhait qu’avait déjà partagé Nicolas Sarkozy. À l’aube de l’année 2012, le mari de Carla Bruni s’était également

(...) Cliquez ici pour voir la suite