Emmanuel Macron : comment deux élus auraient fait pression sur lui pour obtenir la réouverture des plages

Depuis le 11 mai 2020, malgré l'annonce du déconfinement, les français doivent respecter des règles strictes de distanciation sociale, qui devraient s'appliquer jusqu'au 2 juin minimum. Ainsi, restaurants et bars sont toujours fermés, le port du masque doit être effectif dans les transports en commun sous peine d'amende, et il est interdit de se déplacer à plus de 100 m de son domicile sauf "motifs impérieux". De plus, l'accès aux plages du littoral devait rester fermé au public, afin d'éviter les regroupements de population. Néanmoins, depuis la demande d'Anne Hidalgo, maire de Paris, d'ouvrir les parcs et jardins de la capitale, le sujet n'a cessé de revenir sur la table. En particulier sur les côtes bretonnes, où les élus locaux ne cessent d'interpeller le gouvernement au gré de pétitions diffusées sur les réseaux sociaux (#rendeznousnosplages) pour qu'on les autorise enfin à rouvrir leurs plages.

Le combat de Jean-Yves Le Drian et Richard Ferrand

Et dans cette lutte pour la réouverture du littoral, les bretons ont bénéficié d'alliés de taille! En effet, selon un article paru dans Le Point le 14 mai 2020, Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères, et Richard Ferrand, député du Finistère et président de l'Assemblée nationale, n'auraient pas hésité à faire pression sur le Premier ministre afin de faire pencher la balance de leur côté. Au cours d'un déjeuner relaté par nos confrères, Richard Ferrand aurait fait valoir qu'il n'y avait pas plus de risques de se promener sur une plage du Finistère que d'arpenter les marchés en plein air, du moment que la distance d'un mètre entre chaque individu était dûment respectée. De plus, les quatre départements bretons sont classés en vert sur la carte de déconfinement, la région ne présenterait donc pas de risque fort de contamination au Covid-19. Mais c'est la plaidoirie de Jean-Yves le Drian qui aura fini par convaincre Emmanuel Macron, rapporte Le Point. Ainsi, lors de sa conférence de presse de présentation des modalités

(...) Cliquez ici pour voir la suite