Emmanuel Macron : l’erreur du président lors des voeux de fin d’année

Depuis 1960, la tradition instaurée par Charles de Gaulle exige que le président de la République adresse ses voeux aux Français chaque 31 décembre. Bilan de l’année écoulée, mais surtout intentions et projets pour l’année à venir, voici ce que doit évoquer le fameux discours. Pour la troisième fois depuis le début de son mandat, mardi 31 décembre 2019 à 20h, Emmanuel Macron s’est tenu devant les caméras des plus importantes chaînes de télévision de l’Hexagone pour souhaiter la bonne année au peuple qui l’a élu. En cette période de crise, due à la très controversée réforme des retraites, le chef de l’État a prononcé une allocution de 18 minutes qu’il a voulue “resserrée et apaisante”. Selon l’entourage du président, cité par le Journal du dimanche le 29 décembre, ce dernier aurait beaucoup travaillé sur le discours en question. Malgré cette grande préparation, qu’il a faite lors de ses vacances au Fort de Brégançon avec son épouse, Emmanuel Macron a commis une erreur que peu ont remarqué.

⋙ Emmanuel Macron : cette manie qui agace Brigitte Macron quand il travaille

À deux reprises lors de ses voeux de la Saint-Sylvestre, le président de la République a déclaré que 2020 démarrait une nouvelle décennie. “À l’aube de cette nouvelle décennie, je veux vous assurer que je ne céderai rien au pessimisme, ou à l’immobilisme”, a-t-il annoncé avant d’ajouter quelques minutes plus tard : “Enfin, 2020 doit ouvrir la décennie de l’unité retrouvée de la Nation.” Pourtant, il s’agit là d’une méprise. C’est Le Figaro qui a dévoilé, le 1er janvier, la bourde d’Emmanuel Macron. En effet, selon le calendrier grégorien, la nouvelle décennie ne débutera qu’à partir du 1er janvier 2021, et non 2020. Ce système, en vigueur depuis 1582, indique que la deuxième décennie 2011-2020 du XXIe siècle se terminera le 31 décembre 2020. Si tout le monde risque d’être étonné par cette nouvelle, il y a pourtant une raison tout à fait logique à cela. Selon ce calendrier, l’année 0 n’existe pas. L’an 1 après

(...) Cliquez ici pour voir la suite