Emmanuel Macron lance son "pacte financier international" au G7

Le choix du roi. Emmanuel Macron a profité du sommet du G7 pour faire la promotion du "nouveau pacte financier" mondial qu'il appelle de ses vœux pour éviter de "choisir entre la lutte contre la pauvreté et la lutte pour le climat". "J'ai pu présenter ce que sera le sommet pour un nouveau pacte financier de Paris les 22 et 23 juin", a dit dimanche le président français devant la presse à Hiroshima, au Japon, au dernier jour de cette réunion des sept principales démocraties industrialisées à laquelle étaient aussi invités des pays émergents comme le Brésil, l'Inde ou l'Indonésie.

Paris avait lancé l'idée de ce sommet à l'automne dernier lors de la COP27 en Egypte avec la Première ministre de la Barbade Mia Mottley, dont la petite île caribéenne est en première ligne face aux menaces du changement climatique. L'objectif est ambitieux: réformer l'architecture de la finance mondiale pour mieux répondre aux défis du réchauffement climatique.

"Nous allons porter un agenda de réforme du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale pour davantage offrir de financements aux pays qui en ont le plus besoin", a expliqué Emmanuel Macron. Il entend aussi "développer plus de financements privés par des mécanismes de garantie". Le chef de l'Etat français a exposé ce projet de "choc de financement" à tous ses interlocuteurs à Hiroshima, qu'il s'agisse des grands pays bailleurs de fonds comme du président brésilien Lula ou du Premier ministre indien Narendra Modi.

"Nous n'avons pas à choisir (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L'OMS crée un réseau international de surveillance pour détecter à temps les maladies comme le Covid-19
Roubaix porte plainte contre l’un de ses agents soupçonné d’avoir volé des dizaines de milliers d’euros au centre de loisirs
Le G7 va lancer un groupe de travail pour une intelligence artificielle "responsable"
La Cour des comptes alerte sur une vague de départs au sein des forces de l’ordre
Ce député LFI, propriétaire de deux appartements, sous-louait son logement social à sa sœur