Emmanuel Macron : cette manie qui agace Brigitte Macron quand il travaille

Pour Emmanuel Macron, les vacances de Noël n'ont pas été de tout repos en cette fin d'année 2019. Parti se reposer quelques jours au fort de Brégançon avec la Première dame Brigitte Macron, le président de la République s'est fait discret. Dans Le Parisien du samedi 28 décembre 2019, on le disait plus seul que jamais. Boudé par ses opposants, critiqué par celles et ceux qui font partie de son propre clan, Emmanuel Macron se replie sur les siens. Mardi 31 décembre 2019, à quelques heures des traditionnels voeux du nouvel an retransmis à la télévision et attendus par des millions de Français, Le Parisien publie un article sur les coulisses du fameux discours du chef de l'Etat. Que s'apprête-t-il à dire à ses compatriotes ? Nul de le sait précisément pour l'instant, même si l'heure est aux suppositions. "C'est depuis les rives de la Méditerranée qu'Emmanuel Macron a imaginé le discours de voeux du Nouvel An", écrivent nos confrères dans l'édition du jour. "Le couple présidentiel était encore à la résidence officielle du fort de Brégançon (Var) hier et ne devait regagner Paris qu'aujourd'hui pour mettre la dernière main à cette allocution, qui sera enregistrée en début de soirée." Et en coulisses, justement, Brigitte Macron veille au grain.

⋙ Emmanuel Macron : ce qu'il compte dire aux Français pour les voeux du nouvel an le 31 décembre

En tant qu'ancienne professeure de Français, la rhétorique, Brigitte Macron sait ce que c'est. Alors elle conseille, encourage et rassure le Président. D'autant plus qu'il serait, toujours selon Le Parisien, un "spécialiste de la décision à la dernière minute." Un proche assure ainsi au quotidien : "Il écrit douze versions, puis il réécrit tout. C'est un intuitif, il sent les choses et ce ne sont pas des discours qu'il commence à rédiger une semaine à l'avance. Dix minutes avant, il est toujours en train de chercher une idée." Problème, selon cette source : le chef de l'Etat a du mal à faire court. Alors Brigitte Macron, à qui "il parle toujours

(...) Cliquez ici pour voir la suite