Emmanuel Macron menacé de mort sur un réseau terroriste

·2 min de lecture

Ces dernières semaines ont replongé la France dans l’enfer et la tristesse des attentats de janvier 2015. La tuerie de Charlie Hedbo, l’assassinat d’une policière à Montrouge et la prise d’otage meurtrière de l’Hyper Cacher font, depuis le mercredi 2 septembre 2020, l’objet d’un procès ultra médiatisé. Un procès que les Français attendaient depuis cinq ans, mais qui a ravivé la colère des groupes terroristes. Et ce notamment lorsque le journal satirique a décidé de republier les dessins de Mahomet. Ainsi, le pays a été secoué par l’attaque perpétrée à Conflans-Sainte-Honorine le 16 octobre dernier. Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie, a été retrouvé décapité près de son collège pour avoir montré les caricatures du prophète en classe. Face à cette vague de haine, Emmanuel Macron prône encore et toujours la liberté. Lors de son hommage à Samuel Paty, le Président s’était d’ailleurs montré très touché et au bord des larmes en évoquant cette tragédie.

“Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République, de notre volonté de briser les terroristes, de réduire les islamistes, de vivre comme une communauté de citoyens libres dans notre pays. Nous continuerons, professeur. Nous défendrons la liberté que vous enseigniez si bien”, déclarait-il devant les caméras. Un discours qui a soulevé la colère de certains pays de confession musulmane, notamment la Turquie, qui accusent Emmanuel Macron d’islamophobie. C’est le cas du Président Erdogan, qui n’a pas hésité à le menacer avant d’appeler son peuple à boycotter les produits français. Le président du club de football de Malaga, par ailleurs membre de la famille propriétaire du PSG et cousin de l’émir du Qatar, a lui aussi violemment menacé Emmanuel Macron sur Twitter. Au Bangladesh, les membres du parti islamiste ont quant à eux manifesté dans les rues contre l'Hexagone et le Président français.

Mais Emmanuel Macron serait également la cible de menaces terroristes, comme l’a révélé Cécile Ollivier sur BFMTV mardi (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite