Emmanuel Macron traité à l’hydroxychloroquine ? La vérité dévoilée

·2 min de lecture

Emmanuel Macron a-t-il eu recours à l'hydroxychloroquine lorsqu'il était atteint de la Covid-19 ? C'est ce qu'affirme Jean-Marie Bigard. Depuis la mise en ligne de la version longue du documentaire Hold-Up, qui évoque un complot mondial autour de la pandémie du Covid-19, les propos de l’humoriste de 66 ans sur Emmanuel Macron ont fait planer le doute. Le président aurait-il fait l'objet d'un traitement à base de cet antipaludéen mis en lumière par Didier Raoult, lorsqu'il a été testé positif ? Contacté par 20 Minutes mardi 16 février 2021, l'entourage d'Emmanuel Macron a démenti les propos de l'humoriste. Catégoriquement : "Non, le président n’a pas été soigné avec de l’hydroxychloroquine lorsqu’il a été diagnostiqué positif au Covid-19 en décembre dernier". Dans la version longue du documentaire disponible depuis lundi 15 février 2021, l’humoriste controversé affirme avoir évoqué le sujet avec le mari de Brigitte Macron. Quelques mois avant d'être contaminé, ce dernier lui aurait fait d'étonnantes confidences concernant l'hydroxychloroquine, le traitement vanté par le professeur Didier Raoult. "Je lui ai dit : 'Président franchement, vous attrapez le Covid, est-ce que vous faites le protocole du professeur Raoult ?' lI m'a dit : 'Bien sûr !'", affirme le mari de Lola Marois dans un extrait qui fait le buzz sur les réseaux sociaux. "Je ne le sais pas, je n'ai pas la preuve, mais je pense qu'il a dû bénéficier lui aussi de ce protocole". Des propos qui ont fait bondir les internautes, en grande partie car le père de famille n'a aucune preuve de ce qu'il avance. Si certains ont choisi de le croire sur parole, d'autres se sont montrés plus sceptiques face à ses déclarations, d'autant plus que le documentaire réalisé par Pierre Barnérias est déjà fortement décrié.

Le comédien n’a par exemple pas trouvé de soutien dans l’émissionTouche pas à mon poste, le 16 février 2021 : alors qu'il a déclaré être persuadé que le Coronavirus est un complot pour "éliminer une partie de la (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite