Emmanuelle Béart ultra-sensuelle : à 57 ans, elle se dévoile sous une robe transparente

·2 min de lecture

Non ! Il n’y aura pas de nouveau scandale comme en 2003. Depuis le 12 février 2021, Emmanuelle Béart s’affiche en Une du magazine ELLE dans un look qui n’a vraiment plus rien de shocking ! Jean gris plutôt taille basse, chemise couleur pastel et veste blazer : sa tenue coche, au contraire, toutes les cases des grandes tendances mode de l’automne-hiver 2020-2021. Libérée de l’image de sex-symbol qui lui a longtemps collé à la peau, Emmanuelle Béart se livre en toute franchise dans les pages intérieures du magazine. Et, en attendant la réouverture des salles de cinéma qui permettra enfin la sortie de L’Etreinte, un film dans lequel elle incarne une femme qui s’inscrit sur des sites de rencontre après la mort de son mari, la comédienne joue aux apprenties mannequins se glissant dans d’autres tenues beaucoup plus sexy et glamours.

En avance de quelques semaines sur le calendrier météorologique, Emmanuelle Béart pose sous l’objectif du collectif Dant Studio dans une robe noire en voile transparent. Visage dénué de make-up, jambes nues et bijou doré autour du cou, elle s’affiche plus lascive que jamais, le corps simplement recouvert d’une longue tunique très légère qui dévoile absolument toutes ses formes. Résultat ? Aussi sublime que sexy.

L’été dernier, au moment de la promotion de l’album hommage à son père Guy Béart, la comédienne est revenue sur cette photo dénudée qui avait fait tant de bruit en 2003 : « Personne ne voulait mettre cette photo. On me l’a proposée, comme ça, et j’ai dit " Mais si ! Vous mettez tout le temps des filles de 14 ans à poil qui n’ont pas de formes. Il faut mettre une femme de 40 ans. Il faut l’assumer cette couverture. C’est un acte féministe " ! », confiait-elle sur le plateau de C à Vous.

Avec ces nouvelles photos d’elle ultra-sensuelle à 57 ans, elle enfonce un peu plus le clou de cette démarche. Exactement comme Mylène Farmer qui se perchait sur des talons aiguilles à 59 ans en couverture du magazine Têtu il y a quelques semaines. Ou comme (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite