Des employés des pompes funèbres posent devant le cadavre de Maradona et indignent l'Argentine

·2 min de lecture

L'Argentine, en deuil après la mort de Maradona, est scandalisée après la publication sur les réseaux sociaux d'employés des pompes funèbres posant à côté de la dépouille du numéro 10. 

Les photos d'employés des pompes funèbres posant, pouce levé, à côté du cercueil ouvert où reposait le cadavre de Maradona avant la veillée funèbre jeudi, a scandalisé l'Argentine malgré les pardons répétés d'un des auteurs vendredi.

"Je demande pardon à tout le monde", a déclaré sur une radio argentine Claudio Fernandez que l'on voit sur l'une des deux photos devenues virales sur les réseaux sociaux, accompagnées d'une pluie d'insultes et de menaces contre les trois employés. Il n'était pas encore possible de savoir si un des trois employés a lui-même posté les photos ou si cela a été réalisé par une personne tierce.

"Ils ne sont pas nos employés"

Face au tollé suscité, l'entreprise funéraire responsable du service a décliné toute responsabilité, assurant avoir externalisé la prestation.

"Ils ne sont pas nos employés. Nous les avons engagés pour gérer la chapelle ardente. Ils travaillent pour des compagnies de transport car nous sous-traitons parfois ce service", a déclaré à la presse l'un des copropriétaires de la société, s'excusant auprès de la famille. Il a expliqué que lui et ses deux frères étaient chargés de préparer le corps avant qu'il ne soit transporté à la Casa Rosada, le palais présidentiel où était organisée jeudi la chapelle ardente.

"Nous avons quitté la pièce pour parler avec la police afin de coordonner le transfert du corps, c'est alors que ces personnes ont pris les photos. Ils ont été seuls pendant deux minutes", a-t-il expliqué, disant qu'il se sentait "honteux" de ce qui s'était passé.

Voir aussi : L’Argentine pleure son dieu Maradona

L'avocat de Maradona, Matias Morla, a promis de poursuivre les coupables. "Diego Molina est la canaille qui a pris une photo de lui à côté du cercueil de Diego(...)


Lire la suite sur Paris Match