Encagoulé pour se moquer du gouvernement, le maire de Creil annonce des mesures sur l'énergie

Le maire de Creil, Jean-Claude Villemain, le 03 octobre 2022 - Mairie de Creil
Le maire de Creil, Jean-Claude Villemain, le 03 octobre 2022 - Mairie de Creil

Après Bruno Le Maire et Emmanuel Macron en col roulé ou encore Élisabeth Borne en doudoune, un autre responsable politique, le maire PS de Creil (Oise), adapte son style vestimentaire face à la hausse des prix de l'énergie. Jean-Claude Villemain portait ainsi une cagoule et des gants épais lorsqu'il a accueilli des journalistes ce lundi pour une conférence de presse.

Cet accoutrement visait à "singer et moquer les membres du gouvernement qu'on voit débarquer en col roulé et en doudoune", explique-t-il à BFMTV.com.

"Les économies d'énergie demandent des réponses beaucoup plus sérieuses qu'un col roulé", dénonce le maire de Creil.

"Vous ne me verrez plus avec une cravate"

Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, est en effet le premier membre du gouvernement à avoir évoqué cette idée de mieux adapter ses vêtements aux températures, afin de baisser le chauffage cet hiver.

"Vous ne me verrez plus avec une cravate mais avec un col roulé. Et je pense que ce sera très bien, ça nous permettra de faire des économies d'énergie, de faire preuve de sobriété", a déclaré le ministre sur France Inter le 27 septembre.

La Première ministre, Élisabeth Borne, et la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, se sont ensuite montrées en doudounes avant même la fin du mois de septembre.

Ce lundi, c'est Emmanuel Macron qui s'est affiché devant la caméra avec un col roulé, dans une vidéo pour le lancement du site internet du Conseil national de la refondation. L'idée est claire: alors que le gouvernement recommande aux Français de ne pas chauffer leur logement au-delà de 19°C, les ministres doivent montrer l'exemple.

Plus d'éclairage public la nuit à Creil

Mais pour le maire de Creil, cette politique des petits gestes, "c'est prendre les Français pour des lapins de six semaines". Sa municipalité a besoin de 400.000 euros supplémentaires pour les derniers mois de l'année afin de couvrir ses besoins en énergie, en raison de la hausse des prix dans le secteur.

L’Association des petites villes de France estime, dans un rapport d'information du Sénat publié en juillet, que dans certaines de ses communes-membres les dépenses énergétiques ont bondi de 50 %.

Jean-Claude Villemain a donc annoncé lundi des mesures pour réduire les factures de la ville de Creil. À partir de vendredi soir, l'éclairage public sera par exemple éteint de 00h30 à 4h45 dans toute la ville. Ces horaires ont été choisis en fonction de ceux des bus et des TER. Il en attend des économies d'un tiers des dépenses consacrées à l'éclairage public. L'édile n'y perçoit pas de "difficultés supplémentaires" concernant la sécurité des habitants, mettant en avant que presque toutes les caméras de la ville sont des caméras infrarouges.

Accès au tarif réglementé

Le maire de Creil déplore que "l'État ne facilite pas les choses" pour les villes tentant de réduire leurs factures d'énergie, notamment à cause de procédures administratives complexes. Il voudrait aussi que les municipalités puissent accéder au tarif réglementé de l'électricité. Ce tarif est fixé par les pouvoirs publics et proposé par les fournisseurs historiques, EDF et les entreprises locales de distribution.

Actuellement, selon le code de l'énergie, seules les collectivités employant moins de dix personnes et dont le chiffre d’affaires, les recettes ou le total de bilan annuels n’excèdent pas 2 millions d’euros peuvent en bénéficier. Le rapport d'information du Sénat publié en juillet propose également le rétablissement de l'accès au tarif réglementé de l'électricité pour toutes les collectivités qu'ils le souhaitent.

"J'attends que les membres du gouvernement enlèvent la doudoune et se mettent au travail pour nous aider dans cette quête d'économies d'énergie", commente Jean-Claude Villemain.

Article original publié sur BFMTV.com