Endométriose : enfin une meilleure prise en charge

Ce sont deux excellentes nouvelles pour les 2,5 millions de Françaises qui souffrent d’endométriose, une maladie longtemps restée taboue... Et pour cause ! Celle-ci se manifeste principalement par des douleurs pendant les règles et les rapports sexuels, au point que certaines femmes renoncent à leur vie intime ou multiplient les arrêts de travail. L’endométriose est provoquée par la présence anormale d’endomètre (le tissu qui tapisse l’intérieur de l’utérus) en dehors de la cavité utérine. Normalement, il se développe tout au long du cycle menstruel et, en l’absence de grossesse, est naturellement éliminé au moment des règles. Sauf dans le cas d’une endométriose. "Le mécanisme est complexe mais, pour simplifier, on peut dire que des fragments de muqueuse utérine migrent dans la cavité abdominale en passant par les trompes. Ils se greffent alors sur le péritoine (tissu enveloppant les organes dans le ventre), les ovaires, les trompes, la vessie, l’intestin ou le rectum. Ces fragments saignent chaque mois pendant les règles en provoquant d’intenses douleurs spontanées, ou lors des rapports intimes. Ils peuvent aussi aboutir à la création de kystes sur les ovaires, ou bien de nodules au niveau du rectum ou de la vessie", explique le Pr Philippe Descamps, chef du service de gynécologie-obstétrique au CHU d’Angers et coordinateur du centre expert EndoRef Angers. Une composante génétique est vraisemblable, et le rôle des polluants chimiques, particulièrement des perturbateurs endocriniens, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles