Endométriose : les femmes grandes et minces plus à risques ?

1 femme sur 10 souffre d’endométriose. Pourtant, cette maladie gynécologique chronique reste mal connue. Pour comprendre les mécanismes de cette pathologie, des chercheurs danois se sont penchés sur la question, dans une nouvelle étude publiée dans la revue Annals of Human Biology. Leurs résultats suggèrent que les femmes grandes et minces présentent plus de risques de développer une endométriose.

Un lien entre endométriose et IMC ?

Pour le découvrir, ils ont analysé la taille, le poids et le poids de 170 000 filles âgées de 7 à 13 ans. Ces volontaires ont été suivies jusqu’à ce que le diagnostic de l’endométriose soit posé, ou, si elles n’étaient pas atteintes de cette maladie, jusqu’en 2017. L’étude a duré 66 ans au total.

Les chercheurs ont constaté que les filles qui avaient un indice de masse corporelle (IMC) plus élevé dans l'enfance étaient moins touchées par l’endométriose que les filles qui étaient grandes et minces. "Nos résultats suggèrent que les indicateurs de risque peuvent être détectés à un âge plus précoce, ce qui pourrait aider à accélérer le diagnostic afin que le traitement pour ralentir la croissance du tissu endométrial puisse être commencé plus tôt ", explique Julie Aarestrup, auteure principale de l’étude.

L’endométriose se caractérise par la prolifération de l'endomètre, le tissu qui tapisse l’utérus, dans des endroits anormaux, comme les organes génitaux, le péritoine, mais aussi les appareils urinaire, digestif, ou encore pulmonaire. Problème : le diagnostic est souvent tardif. Ainsi, la durée moyenne entre l’apparition des premiers symptômes de la maladie et le diagnostic officiel est de sept ans.

Endométriose, taille et poids : des conclusions qui font débat

Des conclusions qui ne font pas l’unanimité, comme l’explique le Dr Valérie Flores au site Healthline : "Ce n'est pas le fait d’être mince ou grande qui vous prédispose à développer l'endométriose. C’est l’endométriose en soi qui a tendance à conduire à un phénotype maigre".

Cette spécialiste

(...) Cliquez ici pour voir la suite