Endométriose : l’Élysée annonce une stratégie nationale pour « rompre le silence »

·1 min de lecture

Objectif : une meilleure connaissance de la maladie, pour une meilleure prise en charge.

Plus de deux millions de femmes sont concernées. Mardi 11 janvier 2022, l’Elysée a annoncé le lancement d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie qui touche une femme sur dix et pourtant méconnue. Promesse de campagne du candidat Macron, repoussée par la crise sanitaire mais réitérée dans nos colonnes en mai dernier par le président, cette stratégie nationale vise à une meilleure reconnaissance de cette maladie, pour une meilleure prise en charge.

À lire aussi >> Toucher vaginal, spéculum… À quoi ressemble un examen gynécologique normal ? 

Une maladie qui impacte l’ensemble de la société

« C’est une pathologie préoccupante et massive, qui a un retentissement fonctionnel, que ce soit au niveau des douleurs des patientes ou de leur fertilité », a souligné l’Élysée lors d’un point presse. Pour les femmes souffrant d’endométriose, le manque de (re)connaissance de leur pathologie est tout aussi handicapant que les douleurs qu’elle engendre. « Cette maladie est peu connue, que ce soit sur un plan médical ou sociétal. Le fait que ce soit une maladie qui touche les menstruations n’aide pas à lever l’omerta. » Plus que de simples règles douloureuses, l’endométriose est aussi la première cause d’infertilité. « Au-delà des questions de santé, l’endométriose a des impacts sur l’ensemble de la société : la vie conjugale, professionnelle, universitaire, parentale des femmes concernées est...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles