Endométriose : le message fort d’Enora Malagré aux jeunes filles

Emilie Poyard

Enora Malagré partage son quotidien avec l’endométriose depuis des années. Elle s’est confiée sur l’antenne du « Mouv' » lundi. Et a passé un message fort à l’attention de toutes les jeunes filles.

« J'ai mal vingt jours par mois. » C’est ce que confiait Enora Malagré dans une interview au magazine ELLE, à l’occasion de la sortie de son livre « Un cri du ventre » en octobre 2019. Lundi, l’animatrice a décidé de parler une fois de plus de l’ endométriose et d’adresser un message à destination des plus jeunes sur l’antenne du « Mouv’ ». Elle souhaite « libérer la parole » sur cette maladie gynécologique qui touche une femme sur dix. « On n'en parle pas assez, il faut plus d'informations (…) pour tenter de la guérir parce que c'est une maladie dont on ne guérit pas pour l'instant », rappelle-t-elle tout d’abord. L’animateur évoque alors les règles douloureuses, et Enora Malagré se livre alors sur son propre quotidien : « C'est une maladie qui m'empêche de marcher, de respirer, c'est une maladie qui peut être très handicapante. Je suis touchée à la fois dans l'utérus, dans la vessie, dans les jambes. C'est une maladie qui peut toucher plusieurs organes quand on est très atteinte ». Et d’expliquer qu’il y a plusieurs stades de la maladie : « j’en suis malheureusement au dernier », confie-t-elle.

« C’est une maladie surtout qui m’empêche d’avoir des enfants, ce qui est mon grand drame. »

Enora Malagré a profité de cette interview pour rappeler la lenteur des diagnostics en France (en moyenne sept ans), et est revenue sur son chemin de croix médical, plus de cinq gynécos avant d’entendre ce mot :...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi