Enfant velcro, sumo, solo : quelles sont les particularités de ces modes d’attachement ?

Pot de colle, systématiquement dans l'opposition ou encore super indépendant… Ces comportements vous rappellent des enfants de votre entourage ? S'ils n'ont rien d'anormaux et font même partie de phases du développement, ils peuvent aussi être le signe de troubles de l'attachement. Comment se manifestent ces troubles ? La psychologue et psychothérapeute Yveline Exbrayat nous aide à mieux comprendre.

Avant même de se pencher sur les différents modes d'attachement, Yveline Exbrayat estime qu'il est important de comprendre la notion d'attachement. "Quand un bébé exprime ses besoins – il peut signifier qu'il a faim, qu'il n'est pas bien, qu'il veut dormir, etc. – il faut qu'un adulte vienne et les prenne en charge. En fonction de comment cet adulte, que l'on appelle figure d'attachement, va répondre, le lien d'attachement va se construire de manière dite secure ou insecure", commence-t-elle.

Ainsi, l'attachement est secure quand l'enfant sait qu'il peut compter sur l'adulte : un bébé qui a faim n'aura pas nécessairement besoin de pleurer pour l'exprimer s'il sait que sa figure d'attachement est fiable. En revanche, la psychologue indique que les troubles de l'attachement commencent quand sa figure d'attachement ne répond pas correctement : "Certains parents peuvent ne pas répondre de manière adéquate aux besoins de l'enfant parce que ce n'est pas leur priorité, par exemple, ils vont le faire attendre avant de le nourrir parce qu'ils veulent finir leur cigarette ou de regarder une vidéo, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite