Enfants placés à Vitré : l’accouchement non-assisté n’est pas en cause, affirme le procureur de la République

© bernie_photo/iStock

À Vitré (Ille-et-Vilaine), des parents ayant pratiqué un accouchement non-assisté se sont vus retirer provisoirement la garde de leurs deux filles. Face à l’émoi suscité par leur histoire, le procureur de la République insiste sur « l’intérêt des enfants » pour justifier leur placement en pouponnière.

Depuis le début de la semaine, leur histoire a fait des réseaux sociaux, suscitant incompréhension et émoi. Noémie et Raphaël, deux jeunes parents résidant à Vitré, en Bretagne, ont fait le choix de procéder à un accouchement non-assisté à leur domicile début juin. Ils se sont depuis fait retirer vendredi la garde de leurs deux filles après une visite à la PMI : la petite Lou, née dix jours plus tôt, et Nausicaa, 23 mois.

« Quand j’ai vu la gendarmerie se garer devant chez nous, je me suis dit : "C’est pas possible !" J’étais complètement sidérée. Il y avait au moins huit policiers dans notre salon. Certains devant les entrées, probablement pour ne pas qu’on se sauve. Et l’un d’eux nous a dit : "Bonjour, on vient retirer vos filles, il y a suspicion de maltraitance" », a ainsi raconté Noémie, citée par « France 3 ».

Est-ce l’accouchement non-assisté (ANA) qui a motivé cette demande de placement, comme l’affirme la famille ? Pas selon le procureur de la République de Rennes, qui s’est défendu d’avoir retiré la garde des deux fillettes pour ce motif à la demande des services sociaux du département. « Il ne s’agit pas de juger tel ou tel mode d’accouchement. Ce n’est pas du tout le sujet, a affirmé Philippe Astruc. Je constate que cette décision de placement provisoire suscite beaucoup d’émotion. Mais nous avions des signalements qui nous alertaient de dangers potentiels. C’est maintenant le...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles