Enfants en situation de handicap: enfin à l'école avec les autres ?

"Après sa toute première journée de maternelle, on m’a demandé de reprendre mon fils en me disant qu’il n’avait pas sa place à l’école", se souvient Florent Chapel, père d’un autiste sévère. Dix ans de lutte plus tard, son fils de 13 ans est scolarisé en milieu ordinaire dans une classe adaptée d’un collège en banlieue parisienne. Devenu militant, Florent a fondé la plateforme Autisme Info Service* pour aider les familles comme la sienne. Son parcours chaotique n’en est pas moins représentatif de ce que vivent les parents d’enfants différents. Car, si le droit à l’éducation pour tous est inscrit dans la loi depuis 2005, la réalité est plus complexe.

De l’avis de tous, la France est à la traîne derrière les pays pionniers de l’école inclusive tels le Danemark ou le Québec. Conscient de ce retard, le gouvernement a fait de la scolarisation des élèves handicapés une priorité du quinquennat. Les lignes bougent : la création d'un grand service public de l'école inclusive est inscrit dans la loi de juillet 2019. Mais pour les quelques 90 000 accompagnants (AESH, ex AVS), le compte n'y est pas. " On vit sous le seuil de pauvreté avec 740 € de salaire moyen", déplore Anne, AESH dans l’Ain, qui dit pourtant adorer son métier. Elle anime le collectif AESH en action qui compte 11 000 membres. "Nos conditions de travail se dégradent. Nos emplois du temps sont morcelés par souci de rentabilité, on nous disperse dans plusieurs établissements alors qu’on ne bénéficie d’aucune indemnité pour couvrir nos frais kilométriques".

Quant à leur formation initiale de 60 heures, elle n’est pas suffisante, selon eux, pour faire face au large spectre du handicap qui va de la dyslexie à la schizophrénie en passant par la surdité ou les infirmités motrices. De nombreux AESH complètent ainsi leur apprentissage à leurs frais. Responsable nationale** de l’Unapei, Sonia Ahehehinnou regrette pour sa part que les enseignants manquent aussi d’expertise. "Quand un handicapé arrive dans une classe de 35

(...) Cliquez ici pour voir la suite