Comment enlever l'acidité de la sauce tomate ?

Pour les pizzas, les pâtes, le riz, la viande, le poisson... la sauce tomate est sans doute l'une des sauces les plus utilisées pour accompagner des plats en cuisine. Et elle est encore meilleure faite maison. Mais saviez-vous que si vous broyez vos tomates, votre sauce aura des chances d'être acide ? En effet, une fois cassés, les pépins de la tomate dégagent toute leur acidité. Si cela arrive, pas de panique ! Chez Femme Actuelle il n'y a pas de problème, seulement des solutions. On vous dit tout !

Nos astuces pour enlever l'acidité de la sauce tomate avec du sucre, des carottes ou des dattes

Vous êtes en train de préparer une sauce tomate pour vos penne à l'arrabiata ou votre pizza magharita, et comme toute bonne cuisinière, vous goûtez votre oeuvre. Mais là, malheur ! Vous grimacez parce que votre sauce tomate est trop acide. Ne vous en faites pas, cela arrive même aux meilleurs. Pour rectifier cet inconvénient, ajoutez du sucre à vos préparations tomatées et trop acides. En effet, le sucre prend le dessus sur l'acidité et la neutralise. Mais attention à ne pas trop en mettre, au risque d'avoir une sauce tomate au gout trop sucré. Selon la quantité de votre sauce, ajoutez un morceau de sucre, ou deux à votre préparation.

Si vous ne consommez pas de sucre, il existe d'autres alternatives, plus diététiques. Si elle est trop acide, ajoutez à votre préparation de sauce tomate, une carotte entière (ou deux, selon la quantité de la sauce). La carotte est sucrée, ainsi, la laisser bouillir avec la préparation lui fera libérer ce sucre qui neutralisera l'acidité de la tomate. Notez qu'une carotte droite, dure et d'une couleur bien orange sera plus sucrée qu'une carotte un peu plus vieille. De même, le taux de sucre sera plus élevé si la carotte est issue d'une botte ayant conservé sa verdure.

Vous pouvez aussi ajouter une demi-datte (ou une datte entière, toujours selon la quantité de sauce). Elle aussi sucrée, elle aura le même rôle que la carotte dans votre préparation.

Du

(...) Cliquez ici pour voir la suite