Comment enlever la peau des amandes ?

Pourquoi faut-il enlever la peau des amandes ?

Une fois les amandes sorties de leur carapace à coup de casse-noix, elles ne sont pas encore prêtes à être dégustées. Ce n’est pas une question nutritionnelle, car la peau est plutôt bonne de ce côté-là. Cependant, une amande sans la peau est bien plus agréable en bouche, surtout si on la mange seule, au cours d’un en-cas par exemple. La peau très fine qui recouvre le fruit a en effet tendance à coller au palais, à râper la langue ou à créer une sorte de pâte collante qui se bloque parfois au fond de la gorge et gâche la collation. Bref, la meilleure façon de consommer des amandes, c’est sans la peau !

La couleur blanche que prend le fruit une fois libéré de cette peau donnera en outre un caractère raffiné à toutes les recettes à l’amande.

Nos astuces pour enlever facilement la coque verte des amandes

⋙ Comment consommer les amandes ?

Avant d’être la graine qu’on déguste, l’amande est contenue dans une double protection : la coque, très dure et qu’on ouvre au casse-noix, mais aussi une gangue duveteuse que portent encore les amandes fraîches. Lorsque le fruit arrive à maturité, cette partie n’est plus comestible et il faut la retirer pour atteindre le noyau.

Pour éplucher une amande fraîche, on abandonne le casse-noix pour passer à un couteau à la lame bien aiguisée. On donne ensuite des petits coups tout autour de l’amande tout en retenant le poignet pour ne pas la casser.

En cas de difficulté, on peut également faire bouillir les amandes entières dans une casserole d’eau durant 3 minutes environ pour faire ramollir la coque verte.

Express : la technique pour émonder les amandes au Thermomix

Émonder des amandes signifie retirer la fine peau brune qui les recouvre. C’est une opération habituellement quelque peu fastidieuse, qui nécessite de faire bouillir les amandes et d’éliminer la peau tant qu’elles sont encore chaudes, en se brûlant les doigts une fois sur deux... et en faisant preuve de patience.

Pour les heureuses détentrices

(...) Cliquez ici pour voir la suite