Enora Malagré, victime de deepfake: « Le traumatisme s’apparente à une agression sexuelle »

·2 min de lecture

Le procédé du deepfake est régulièrement utilisé pour créer de fausses vidéos pornographiques. Certaines célébrités, comme Enora Malagré, en sont la cible. Dans une vidéo exclusive, elle raconte avec émotion son combat contre ce nouveau fléau.  

« Vous vous retrouvez, malgré vous, au cœur d’un film pornographique. » Enora Malagré, journaliste et autrice, a été victime de deepfake (ou hypertrucage). Ce procédé permet de superposer une vidéo sur une autre afin, par exemple, de changer le visage d’une personne. Cette technique peut être utilisée pour créer des canulars malveillants, des fake news, mais aussi de fausses vidéos pornographiques.  

Lire aussi >> Enora Malagré sur l'endométriose : « J'ai mal vingt jours par mois »

« J’ai été choquée, traumatisée » 

Enora Malagré n’avait pas conscience qu’elle était la cible de deepfake. Ce sont les journalistes de l’émission « Complément d’enquête », qui réalisaient un numéro sur le cyberharcèlement, qui l’ont informée. « J’ai été choquée, traumatisée », commente-t-elle.  

Elle décrit les minutes qui ont suivi cette découverte : « J’ai commencé à regarder l’image. En fait, au bout de 30 à 40 secondes, on a l’impression que c’est quand même vous. On sait que ce n’est pas son corps, mais on assimile ce corps comme étant le sien. » Rapidement happée par « ces images violentes », elle décrit ce qu’elle a ressenti. « On a un traumatisme et un choc qui, je crois, s’apparente de loin à une agression sexuelle », confie-t-elle.  

En France, Enora Malagré est la première à prendre la parole et à s’exprimer sur ce phénomène inquiétant, qui peut toucher un personnage public comme un parfait...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

VIDÉO - Enora Malagré parle de son endométriose : "Le plus gênant dans cette maladie, c'est qu'on a l'impression de sentir le sang"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles