Ensemble pour la planète : des personnalités s’engagent avec ELLE

·2 min de lecture

À quelques semaines de la COP26 de Glasgow, « ELLE » s'engage plus que jamais contre le réchauffement climatique. Nous avons demandé à des personnalités de partager leurs attentes et leurs combats.

La coprésidente du groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec), Valérie Masson-Delmotte, paléoclimatologue, nous explique pourquoi il y a urgence à agir.

ELLE. COMMENT EXPLIQUER CE QUE REPRÉSENTE UN CHANGEMENT DE 1,5 °C, VOIRE, PLUS PROBABLEMENT, DE 2 °C ?

V.M.-D. Le réchauffement est partout, il est rapide, et il s'intensifie. Nous allons sortir de la gamme de températures qu'homo sapiens a connue depuis 300 000 ans. Il faut comprendre qu'entre la période glaciaire et la période chaude dans laquelle nous vivons depuis 12 000 ans, il n'y a que 4 degrés d'écart. Et les augmentations de température étaient d'un degré par millénaire. Nous sommes à un degré par siècle. L'avenir dépend de nous : en fonction de ce que nous faisons aujourd'hui, cela pourrait être encore pire. Il nous faut réduire drastiquement notre utilisation des énergies fossiles. Pour rester sous les 1,5 °C, il faudrait d'ici à 2040 les réduire de 4 % chaque année.

ELLE. COMMENT NE PAS PANIQUER DEVANT DE TELLES DONNÉES ?

V.M.-D. Nos enfants auront l'âge que nous avons aujourd'hui en 2050, et nous allons les forcer à vivre des situations difficiles. Cela peut angoisser. L'important, c'est de participer au changement chacun à sa mesure. On peut faire son bilan carbone sur le site de l'Ademe, réfléchir en famille à ce qu'on peut changer… Un autre conseil : ne pas rester seul, aller auprès des associations, car quand l'intelligence collective se met en...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles