Entre 3 et 6 ans : découvrir les écrans… sous surveillance parentale

·2 min de lecture

Jouer, sauter, courir, bricoler, s’inventer un monde… Entre 3 et 6 ans, l’enfant vit dans un monde situé entre la réalité et l’imaginaire. Son développement nécessite une interaction avec les autres, adultes et enfants. Alors quelle place laisser aux écrans ?

Selon le psychiatre Serge Tisseron, à l’origine de l’échelle 3 ,6 ,9 ,12 sur les écrans, l’enfant « renforce ses acquisitions et commence son apprentissage de l’autorégulation ». C’est donc le bon moment d’établir des limites notamment en matière d’utilisation des écrans. « De ½ heure à 3 ans à 1 heure maximum par jour à 6 ans », détaille-t-il. Il est par ailleurs important de « fixer une tranche horaire quotidienne à l’enfant afin de l’habituer à associer les écrans à une durée ».

Partager et accompagner

De plus, « l’écran est un temps de partage avec un parent ». En d’autres termes, vous devez encadrer le temps d’écran de votre enfant, tout en y participant activement. Qu’il s’agisse d’un dessin animé ou d’un jeu vidéo sur console ou tablette par exemple. Vous serez ainsi certain qu’il n’est pas exposé à des contenus inadaptés. Dans ce même esprit, il est déconseillé d’offrir un dispositif numérique personnel à l’enfant avant 6 ans, car « cela rend quasiment impossible sa régulation ».

A quel moment devrait-il le laisser utiliser des écrans ? C’est au choix de chacun, mais 4 « pas » mis au point par Sabine Duflo, une psychologue clinicienne, peuvent vous aider à choisir :
– Pas d’écran le matin ;
– Pas d’écran pendant les repas ;
– Pas d’écran avant de s’endormir ;
– Pas d’écran dans la chambre.

A noter : Il est essentiel d’encourager les activités physiques et de création manuelle comme le pliage, le découpage, le collage, la cuisine, le bricolage…