Entre défense des personnes LGBT et respect du Qatar, Hugo Lloris semble avoir tranché

La Coupe du monde 2022 débutera ce dimanche 20 novembre au Qatar. Alors que le coup d'envoi de l'événement controversé approche, le capitaine des Bleus Hugo Lloris a annoncé en conférence de presse, ce 14 novembre, qu'il ne comptait pas porter de brassard aux couleurs arc-en-ciel.

Le dispositif baptisé "One Love" avait été annoncé fin septembre à l'initiative d'un groupe de travail de l'UEFA (l'Union européenne des associations de football). Il encourage les capitaines des sélections européennes à arborer un brassard orné d'un coeur rempli de six bandes multicolores, mais qui diffère de celui du drapeau LGBT, en faveur de l'inclusion et contre les discriminations. Les capitaines des équipes de France, d'Angleterre, d'Allemagne, des Pays-Bas, du pays de Galles, de Belgique, du Danemark et de la Suisse devaient initialement porter ce brassard. Sauf que le capitaine des Bleus a opéré un étonnant revirement.

"Avant d'entreprendre des choses, il faut l'accord de la FIFA et de la Fédération. Sur ce dossier, j'ai mon opinion personnelle et ça rejoint un peu celle du président [de la FFF Noël Le Graët]", a ainsi déclaré le gardien des Bleus à l'Institut national du football de Clairefontaine. "Lorsqu'on accueille des étrangers en France, on a souvent l'envie qu'ils se prêtent à nos règles et respectent notre culture. J'en ferai de même lorsque j'irai au Qatar. Je peux être d'accord ou pas d'accord avec leurs idées mais je dois...

Lire la suite


À lire aussi

Le Qatar interdit les relations sexuelles entre personnes non mariées pendant la Coupe du Monde
Des personnes LGBT "battues jusqu'au sang" au Qatar : une ONG dénonce des violences
"Ils nous tueront" : les personnes LGBT dans le viseur des talibans