Elle entre dans l’histoire si elle remporte Miss France 2020

Layla Berry sera-t-elle la première Miss Saint-Martin et Saint-Bartélemy à être élue Miss France ? La jeune femme de 20 ans a été élue le 5 octobre dernier sur l'île de Saint-Martin. Elle représente les deux îles des Caraïbes au concours Miss France 2020 le 14 décembre prochain. Lors de la cérémonie 2019, les îles Saint-Martin et Saint-Barthélemy étaient représentées par Allisson Georges. Normalement, c'était au tour de Miss Saint-Pierre-et-Miquelon de se présenter au concours cette année, selon le roulement annuel entre les deux délégations. Mais faute d'un nombre suffisant de candidate, la délégation de Miss Saint-Pierre-et-Miquelon s'est retirée du concours, et l'élection de Miss Saint-Martin et Saint-Barthélemy a été reconduite. Une chance que Layla Berry espère bien saisir.

Étudiante en troisième année de licence "stratégie et économie d'entreprise" à la Sorbonne, à Paris, Layla Berry est originaire de Grande Saline à Saint-Barthélemy. Selon le Journal de Saint-Barth, la jeune femme se destine à devenir ingénieure financier. Dans son temps libre, elle pratique la danse classique et moderne, depuis l'âge de 17 ans. "J’ai dû faire une grosse concession pour participer à l’élection Miss Saint-Barth Saint-Martin, a-t-elle confié. J'ai renoncé à entrer au conservatoire." Layla a déjà une expérience en tant que mannequin pour des publicités à Saint-Barthélemy. Et elle a de qui tenir : sa maman Maryse a été élue Miss Martinique au même âge.

Le 14 décembre prochaine à Marseille, Layla Berry fera tout pour convaincre les Français. Et si elle est élue, elle prévoit déjà la suite : "J’aimerais faire connaître nos deux îles, si différentes et ressemblantes à la fois, pour autre chose que l’ouragan Irma !", déclare-t-elle. Quant à une cause à défendre, elle souhaite "vraiment faire quelque chose pour les jeunes de Saint-Barth qui partent faire des études" : "Ça a été très compliqué pour moi, comme pour ma sœur quinze ans plus tôt. Je suis allée à Paris à 14 ans, ça s’est mal

(...) Cliquez ici pour voir la suite