Une entreprise australienne accorde un congé de six semaines à ses salariés transgenres

©Getty Images / Hinterhaus Productions

Une entreprise bancaire australienne a décidé d’accorder six semaines de congés payés à ses salariés transgenres afin de les soutenir face aux diverses situations qu’ils traversent lors de leur transition. Décryptage.

L’entreprise bancaire australienne ANZ, a mis en place six semaines de congés payés pour ses employés transgenres afin de les soutenir au mieux lors de leur transition. Une grande première.

À lire aussi >> Homophobie, transphobie, lesbophobie : les plaintes sont toujours en hausse

Le « congé d’affirmation de genre » adopté par une entreprise australienne, une première

L’entreprise ANZ a décidé d’instaurer un « congé d’affirmation de genre » en accordant six semaines de congés payés et douze semaines de congéss sans solde à leurs employés transgenres. Une grande première. Cette mise en place a pour but de soutenir les personnes dans leur transition et de les aider au mieux durant cette période, comme l’explique Fiona MacDonald, responsable de la diversité et de l’inclusion d’ANZ, au « Daylimail » : « ces six semaines signifient que les personnes qui affirment leur identité n’ont pas besoin d’épuiser leurs droits à des congés annuels ou des congés maladie. C’est particulièrement important, car la recherche nous démontre que les personnes trans sont plus susceptibles de connaître des revenus et des taux d’emploi plus faibles ».
À travers cet acte, l’entreprise souhaite défendre « une culture inclusive où les employés ressentent un sentiment d’appartenance et sont à l’aise d’être eux-mêmes, authentiques. C’est là, un autre exemple de l’engagement continu d’ANZ envers la communauté LGBTQ + » finit...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles