Epargne : L’assurance-vie 2.0

Opter pour une version numérique présente de multiples avantages. Décryptage avec Edouard Michot, président d’Assurancevie.com.

Paris Match. L’assurance-vie est-elle moins sûre en ligne ?
Edouard Michot. C’est un produit distribué par plusieurs canaux : réseaux bancaires, conseillers en gestion de patrimoine, courtiers en ligne, agents d’assurances… Bien évidemment, ces caractéristiques peuvent différer de l’un à l’autre. Mais quel que soit votre intermédiaire tous conservent un point commun : vous souscrivez toujours un contrat auprès d’une compagnie d’assurances et vos fonds sont déposés chez un assureur. L’assurance-vie est donc aussi sûre en ligne que via un distributeur physique.

Lire aussi:Assurance-vie : des revenus sans impôts (ou presque)

Le Web permet-il de réduire les frais ?
Il n’y en a pas à l’entrée, tandis que les frais de gestion se situent autour de 0,6 % par an au lieu de 0,85 % à 1 % dans les réseaux traditionnels. Un versement de 10 000 euros dans une banque, où les frais sur versement atteignent 2 % en moyenne, se traduit par un investissement de 9 800 euros, avec des intérêts annuels en moyenne de 0,3 % plus bas que ceux qui sont générés par un contrat souscrit en ligne. Après huit ans, si votre fonds en euros rapporte 1,3 % net de frais au lieu de 1 % sur un contrat bancaire, vous aurez gagné près de 1 100 euros et non 600.

L’accompagnement est-il également au rabais ?
Non. Les conseillers sont disponibles six jours sur sept, jusqu’à 19 heures en semaine par téléphone ou par chat. Ils vous accompagnent pendant la souscription pour définir votre profil d’investisseur, sélectionner vos supports financiers ou immobiliers et rédiger votre clause bénéficiaire. Ils sont qualifiés pour vous aider dans la gestion de votre patrimoine. Une seule limite : la prise de rendez-vous de visu n’est possible que dans des bureaux(...)


Lire la suite sur Paris Match