De Ephèse à Alphonse Allais, d’où vient l’expression "ça coûte la peau des fesses" ?

·1 min de lecture

L’expression "ça coûte la peau des fesses" n’est pas la plus élégante parmi toutes celles qui composent la langue française, mais elle est malgré tout souvent utilisée. Et depuis longtemps. Elle serait apparue en France à la fin du 19e siècle. Mais selon Stéphane Bern qui se penche chaque jour sur une expression imagée de notre quotidien, une autre hypothèse, beaucoup plus ancienne, existe également. Celle-ci remonte à 1000 ans avant notre ère, quand la cité grecque d’Ephèse était alors en pleine effervescence.  

>> Retrouvez toutes les émissions de Matthieu Noël et Stéphane Bern tous les jours de 16h à 18h sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

"Quand on s’interroge sur le rapport qualité-prix d’un bien, quand, conscient de la valeur d’un achat, on constate le sacrifice financier à faire, il nous vient parfois l’expression grivoise "ça coute la peau des fesses", qui ressemble à "ça coute un bras" ou "ça coute les yeux de la tête". Alphonse Allais, qui était journaliste et humoriste, a officiellement inventé "ça coute la peau" en 1897. François Cavanna dans son roman Les Russkoffs ose utiliser cette expression, mais elle était déjà entrée dans le langage courant. 

"La peau d'Ephèse"

Il existe une autre hypothèse quant à l’origine de la formule. Mille ans avant notre ère, dans l’actuelle Turquie, la cité grecque Ephèse brille de mille feux et deviendra la capitale de la province romaine d’Asie Mineure. Dans ce port de la mer Egée, le commerce tourne à plein ré...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles