Epoux Balkany : la cour d'appel confirme leur condamnation à de la prison ferme pour fraude fiscale

Espoir déçu. Patrick et Isabelle Balkany avaient fait appel de leur condamnation pour fraude fiscale en première instance, respectivement à quatre et trois ans de prison ferme ainsi qu'à dix ans d'inéligibilité chacun. A l'issue de ce premier procès, Patrick Balkany avait été conduit en prison. Pour raisons de santé, il avait été remis en liberté le 12 février dernier. Lors du procès en appel, en décembre dernier, le parquet avait requis une peine de quatre ans de prison ferme contre Patrick Balkany, avec incarcération immédiate, et quatre ans, dont deux avec sursis, contre son épouse Isabelle.

⋙ Patrick Balkany se confie sur la façon dont les autres détenus se comportaient avec lui

La décision a donc été rendue mercredi 4 mars, en présence des époux Balkany, à la Cour d'appel de Paris. Patrick Balkany a été condamné à quatre ans de prison, dont un an avec sursis, mais sans mandat de dépôt. Il ne retournera donc pas en prison. Quant à Isabelle Balkany, la cour l'a condamnée à trois ans de prison ferme, sans mandat de dépôt non plus. En outre, le couple a été condamné à 10 ans d'inéligibilité avec exécution provisoire, c'est-à-dire avec effet immédiat. Le couple avait déjà annoncé qu'il ne se représenterait pas aux élections municipales à Levallois-Perret. Ils ont quitté le palais de justice, libres, sans un mot. Ils peuvent encore se pourvoir en cassation.

Par ailleurs, et concernant le volet "blanchiment", la Cour d'appel doit rendre sa décision le 22 avril. Le couple avait été condamné en première instance. Le tribunal avait condamné Patrick Balkany à cinq ans de prison pour blanchiment aggravé, avec incarcération immédiate, et quatre ans d'emprisonnement mais sans mandat de dépôt pour Isabelle Balkany. Tous deux avaient été condamnés à dix ans d'inéligibilité. En appel, le parquet général avait requis, en février, cinq ans de prison, dont un avec sursis contre Patrick Balkany, et quatre ans de prison dont deux avec sursis pour Isabelle Balkany, assortis dans les deux

(...) Cliquez ici pour voir la suite