EPP : qu’est-ce que l’entretien prénatal précoce ?

·2 min de lecture

Les neuf mois de grossesse sont ponctués de rendez-vous médicaux. Parmi les différentes visites prénatales, on retrouve l’entretien prénatale précoce ou EPP. Il a été proposé dans le Plan périnatalité 2005-2007 et instauré par la loi sur la protection de l’enfance de mars 2007.

En France, cet entretien est encore peu pratiqué. Et pour cause, seules 28,5% des femmes enceintes affirment l’avoir réalisé, selon un rapport publié en 2017 et rédigé par l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) et la Drees (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques). Pourtant, il constitue un "des facteurs de prévention de la dépression du post-partum et des troubles de la relation parents/enfants", selon la commission d’experts chargée du projet les "1.000 premiers jours" de l’enfant.

Dans un entretien accordé au Journal du dimanche le 26 septembre dernier, le secrétaire d’État en charge de l’Enfance et des Familles Adrien Taquet a assuré vouloir s’inspirer des recommandations formulées par la commission d’experts des "1.000 premiers jours". Il s’est ainsi engagé à "généraliser l’entretien prénatal précoce, au quatrième mois de grossesse". Mais en quoi consiste réellement cet accompagnement ?

L’entretien prénatal précoce ou EPP est aussi appelé "entretien du quatrième mois", car il est conseillé de le réaliser à ce stade la grossesse. Cependant, il est possible de l’effectuer plus tôt ou plus tard durant la grossesse. Il ne s’agit pas d’un examen médical mais d’une première séance de préparation à la naissance et à la parentalité. Cet accompagnement est un temps d’écoute, d’échange et d’information autour de la grossesse, de l’accouchement et de l’arrivée du bébé. Toutes les femmes enceintes et les couples peuvent en bénéficier. L’entretien prénatal précoce peut être réalisé seul ou avec son conjoint. L’entourage familial est également encouragé à y participer.

Depuis le 1er mai 2020, l’entretien prénatal précoce est obligatoire (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite