Eric-Emmanuel Schmitt dévoile son "projet fou" pour écrire l'histoire de l'humanité

·1 min de lecture

Il a déjà vendu 24 millions de livres dans le monde. Et ce pourrait n'être qu'un début. Eric-Emmanuel Schmitt publie Paradis perdus, le premier roman de La traversée des temps, une saga en huit tomes (une "octologie") qui retracera, à termes, toute l'histoire de l'humanité. L'auteur de théâtre francophone le plus joué sur la planète raconte, mardi dans Culture Médias, ce projet littéraire très ambitieux. Dans Paradis perdus, le lecteur suit Noam, un homme préhistorique qui va se révéler immortel. "Noam est le témoin, et parfois l'acteur, des grands changements et des grandes mutations qui ont fait notre histoire", explique Eric-Emmanuel Schmitt. "Donc, à travers une histoire romanesque, je peux raconter les lignes de faille et les bouleversements, les révolutions et les évolutions."

>> Retrouvez Culture Médias en replay et en podcast ici

Un roman aidé par les sciences humaines

Celui qui reconnaît s'être lancé "dans un projet fou" s'appuie, pour la trame de son roman, sur les dernières avancées de l'histoire et des sciences. Ainsi, son personnage de Noam est témoin d'un "déluge", comme il est décrit dans la Bible et dans la légende de Gilgamesh, un texte mésopotamien datant de 2.500 ans avant Jésus-Christ. Mais pas seulement.

"Les chercheurs se sont rendus compte que la mer Noire a sans doute d'abord été un lac. Lorsque la Terre s'est réchauffée, la Méditerranée est montée de plus d'une centaine de mètres", explique le romancier. "Elle s'est alors déversée dans les plain...


Lire la suite sur Europe1